Lu en février 2019: coups de cœur / René Frégni, on ne s’endort jamais seul

René Frégni, On ne s’endort jamais seul (2000)

René Frégni est né en 1947 à Marseille. Il a subi beaucoup de moqueries lorsqu’il était jeune élève, et travaillera plus tard cinq ans à l’étranger sous une fausse identité avant son retour en France. Il se consacre désormais à l’écriture et anime des ateliers d’écriture à la prison des Baumettes à Marseille. Continuer la lecture de « Lu en février 2019: coups de cœur / René Frégni, on ne s’endort jamais seul »

Lu en février 2019: coups de cœur / Olga Lossky, risque zéro

Olga Lossky, Risque zéro (2019)

Olga Lossky est née en 1981 à Terrasson-Lavilledieu et ses parents vivent actuellement à Ladornac en Dordogne. Elle a suivi des études de Lettres et a écrit six romans. Le dernier, Risque zéro, est un roman d’anticipation se déroulant dans un futur proche en 2037. Agnès Carmini, l’héroïne, est médecin anesthésiste dans un hôpital public, tandis que son mari Victorien travaille dans la société « Providence », spécialisée dans le numérique. Cette société a notamment mis au point une puce sous-cutanée capable de recenser toutes les données sur la santé des patients. Continuer la lecture de « Lu en février 2019: coups de cœur / Olga Lossky, risque zéro »

Lu en février 2019: coups de cœur /Philippe Lançon, le lambeau

Philippe Lançon, Le Lambeau (2018)

Philippe Lançon (né en 1963) est journaliste du quotidien Libération et chroniqueur pour l’hebdomadaire Charlie Hebdo, dont les locaux ont fait l’objet de l’attaque terroriste du 7 janvier 2015. Il a lui-même été blessé lors de cet attentat, il raconte le drame qu’il a vécu dans son livre. Son visage a été détruit, mais il n’éprouve aucune amertume et parvient à dépasser la rancune. Continuer la lecture de « Lu en février 2019: coups de cœur /Philippe Lançon, le lambeau »

Lu en février 2019: coups de cœur / Emmanuel Bove, mes amis

Emmanuel Bove, Mes Amis (1924)

Emmanuel Bove (1898-1945) est le fils d’un père émigré juif russe et d’une mère domestique d’origine luxembourgeoise. Il a grandi dans un milieu miséreux et précaire, qui constitue l’arrière-plan général de la plupart de ses récits. Mobilisé en 1918, il échappe de peu à la guerre. Il a eu deux femmes, d’abord une jeune institutrice (durant la période où il a commencé à écrire), puis une jeune fille de la bourgeoisie juive, mais qui vivait dans un milieu trop étranger pour lui. Continuer la lecture de « Lu en février 2019: coups de cœur / Emmanuel Bove, mes amis »

Lu en février 2019: coups de cœur / Corinne Hofmann, la massaï blanche

Corinne Hofmann, La Massaï blanche (1998)

Corinne Hofmann est née de mère française et de père allemand.

En 1986, ayant jeté son dévolu sur un grand guerrier massaï de la tribu nomade des Samburu vu sur un bateau, elle écume la brousse sur des milliers de kilomètres pour le retrouver, fait face aux tracasseries administratives, à la maladie, à la faim et aux conditions de vie plus que sommaires.
Elle s’entête malgré leur communication plus que limitée -tous deux baragouinent à peine l’anglais- et les chocs culturels permanents. Continuer la lecture de « Lu en février 2019: coups de cœur / Corinne Hofmann, la massaï blanche »

Lu en février 2019: coups de cœur / Claude Pinault, le syndrome du bocal

Claude Pinault, Le Syndrome du bocal (2009)

 Ce récit est un témoignage de Claude Pinault (né en 1951), directement inspiré de sa vie personnelle puisque le personnage principal, un ingénieur, est soudainement atteint du syndrome de Guillain-Barré. Cela lui arrive alors qu’il revient de vacances avec sa femme et ses deux enfants ; il a été piqué par une méduse durant le séjour. L’ingénieur consulte plusieurs médecins, tandis que sa santé se dégrade de jour en jour. Une descente aux enfers commence : ce sont ses bras puis ses jambes qui se retrouvent ankylosés. Continuer la lecture de « Lu en février 2019: coups de cœur / Claude Pinault, le syndrome du bocal »

Lu en février 2019: coups de cœur / Peter Wohlleben, le vie secrète des arbres

Peter Wohlleben, La Vie secrète des arbres (2015)

Né à Bonn en 1964, P W a d’abord fait des études de biologie avant de devenir garde-forestier. Mais étant en désaccord avec l’exploitation « marchande » de la forêt, (Son travail comprenait abattage d’arbres anciens et l’utilisation des pesticides). Il décida de se débarrasser de ses machines servant à l’abattage massif de bois, et les remplacer par des attelages de chevaux. Finalement, en 2006, la municipalité lui offrit sa chance. Au bout de deux ans, l’exploitation de la forêt passa de la perte au profit.

Cet ouvrage, éloge de la lenteur, a été très médiatisé lors de sa parution en France. Les citadins regardent les arbres comme des « robots biologiques » conçus pour produire de l’oxygène et du bois.

Forestier, Peter Wohlleben a ravi ses lecteurs avec des informations attestées par les biologistes depuis des années, notamment le fait que les arbres sont des êtres sociaux. Ils peuvent compter, apprendre et mémoriser, se comporter en infirmiers pour les voisins malades. Ils avertissent d’un danger en envoyant des signaux à travers un réseau de champignons appelé ironiquement « Bois Wide Web ». 

C’est un excellent document de sensibilisation, scientifique et pédagogique en apprend beaucoup sur les hêtres, sapins, séquoias, lichens… leurs mécanismes d’auto-défense. Utilisant un langage simple et imagé, ce livre a connu un grand succès.

Lu en février 2019: coups de cœur / Eric Vuillard, La guerre des pauvres

Éric Vuillard, La Guerre des pauvres (2018)

Ecrivain et cinéaste né en 1968 à Lyon, Eric Vuillard est notamment l’auteur chez Actes Sud de Tristesse de la terre (2014, prix Joseph-Kessel) et de L’ordre du jour (2017), qui lui a valu le prix Goncourt.

Les exaspérés sont ainsi, ils jaillissent un beau jour de la tête des peuples

comme les fantômes sortent des murs.

É. V.

 La « Guerre des pauvres » débute avec une pendaison, celle d’un père, son fils Thomas Müntzer n’oubliera jamais cette image gravée dans sa mémoire. Cet évènement est lié à la réforme luthérienne qui provoque des troubles en Allemagne Continuer la lecture de « Lu en février 2019: coups de cœur / Eric Vuillard, La guerre des pauvres »

Lu en février 2019: coups de cœur /Philippe Claudel, Parfums

Philippe Claudel, Parfums (2012)

Philippe Claudel, né en 1962, a fait des études de lettres avant de devenir enseignant aussi bien dans des établissements classiques que dans des hôpitaux, auprès d’enfants handicapés ou dans des prisons. Il est un auteur reconnu qui a publié  « Parfums » en 2012.

Deux autres romans antérieurs avaient également connu un certain succès : « Les âmes grises » et « La petite fille de Monsieur Linh ».

C’est une série de 17 textes très courts portés par une odeur. La mémoire des parfums est tenace et elle ouvre la porte de bribes de souvenirs que nous fait partager Philippe Claudel, références à la vie quotidienne (le munster condamné au rebord d’une fenêtre), à l’amour (odeur de la femme aimée), à la mort. Continuer la lecture de « Lu en février 2019: coups de cœur /Philippe Claudel, Parfums »