A lire pour le 15 octobre : Europe du nord, suite / « voix des lecteurs »

Mardi 15 octobre 2019 à 18h30

Nous évoquerons les autres auteurs du thème sur les Pays baltes lus pendant l’été

Jens Christian Grondhal, 4 jours en mars

 Hubert Klimko,Les toutes premières choses

ainsi que la sélection de livres néo-aquitains du prix de « La Voix des Lecteurs » :

  • Jean-Daniel BALTASSAT, La Tristesse des femmes en mousseline
  • Derek Munn, Le Cavalier
  • Jean-François MATHÉ, Prendre et perdre
  • Cyril HERRY, Scalp
  • Alain GALAN, Chafouine

Lu en septembre 2019, Europe du Nord :Collectif, Les Hirondelles

Collectif, Les Hirondelles

Anthologie de nouvelles estoniennes contemporaines (2002)

Cette anthologie de nouvelles nous fait découvrir des auteurs plutôt méconnus, dans un pays tout aussi mal connu pour certains, l’Estonie. Là-bas, la nouvelle est considérée comme un genre noble et prestigieux. Le prix Friedebert Tuglas récompense chaque année aux deux meilleures nouvelles.

Ce livre regroupe 19 nouvelles différentes. Une petite présentation de chaque auteur précède la nouvelle, afin de situer l’univers de celui-ci. Afin de vous mettre en appétit, nous avons ciblé la nouvelle de Toomas Vint, intitulée « Agence de régulation des mariages » (1996). Cette agence s’adresse aux personnes qui s’ennuient dans leur vie de couple. Nous suivons Ando, un homme de 32 ans, à qui un employé de l’agence demande de remplir un questionnaire sur la personne idéale recherchée (le « Meetic » des années 90 !). Suite à cela, différents choix lui sont proposés. Notamment une femme de 52 ans, qui a eu 3 enfants, au physique peu plaisant pour monsieur. Il la trouve « amortie », selon ses dires). Son interlocuteur lui propose ensuite une jeune femme de 27 ans, qui refuse de faire des sorties et exige d’avoir au moins 6 rapports sexuels par semaine, alors qu’Ando en voulait deux. Pas de problème, il va s’adapter, cela paraît trop beau pour être vrai.

Mais, et sa propre femme dans tout cela ? La chute est délicieuse après le terrible portrait d’homme machiste qui vient de nous être fait.

Parmi les autres nouvelles qui nous ont plu, il y a « Motacilla » de Jaan Kross ou « L’homme au sac à dos vert » d’Arvo Valton.

N’hésitez pas à lire les autres, de belles pépites sont à découvrir.

Lu en septembre 2019, Europe du Nord : Alasdair GRAY, James Kelman, Agnes Owens – Histoires maigres (2007)

Alasdair GRAY, James Kelman, Agnes Owens – Histoires maigres (2007)

 Trois écrivains écossais, tous originaires de Glasgow (ils appartiennent à l’Ecole de Glasgow qui a révolutionné le roman britannique) nous livrent par un ensemble de nouvelles un portrait décapant de l’Ecosse des années Thatcher que la désindustrialisation a plongée dans la misère.
Dans un style différent, mais sans pathos, et avec un humour glacé, ils nous dépeignent les déshérités. On peut penser à l’univers de Ken Loach.

Agnes Owens écrit sans fioritures et avec une certaine cruauté un quotidien désenchanté et même sinistre, où règnent l’indifférence et le cynisme (Arabella, l’arrêt de bus). Continuer la lecture de « Lu en septembre 2019, Europe du Nord : Alasdair GRAY, James Kelman, Agnes Owens – Histoires maigres (2007) »

Lu en septembre 2019, Europe du Nord: Thomas ESPEDAL – Marcher (2012)

Thomas ESPEDAL – Marcher (2012)

 Le personnage central de ce roman contemplatif est un solitaire qui quitte tout ce qui faisait sa vie citadine et part à pied, les yeux ouverts sur la nature norvégienne (avant Glasgow, Paris ou Istanbul) et la tête pleine de références littéraires (Lawrence, Rousseau, Sartre, Walt Whitman et de nombreux autres auteurs sont cités). Ainsi il déambule, contemplatif, au seul gré de ses envies.

Sa conception de la marche, voir, sentir, penser, être, se concilier avec soi-même est celle de Rousseau.

Ce livre sobre, original a plu à la plupart des lecteurs qui ont accompagné l’expérience mentale et physique du héros, et se sont abandonnés à son univers. Certains lecteurs, cependant, sont restés imperméables à un texte ressenti comme nombriliste.

Lu en septembre 2019, Europe du Nord :Audur Ava Olafsdotir – Ör (2018)

Audur Ava Olafsdotir – Ör (2018)

 Comme à chaque fois, cette auteure islandaise nous plonge dans une histoire originale, bien différente des précédentes mais tout aussi bien accueillie par notre groupe. Il est important de rappeler que Ör a été lauréat du Prix périgourdin Étranges Lectures 2019.

Le personnage de cette intrigue, Jónas Ebeneser, 50 ans, en a assez de la vie qu’il mène. Il ne s’entend plus avec sa femme, sa fille (dont il vient d’apprendre qu’il n’est pas le père biologique) est partie vivre sa vie de jeune adulte. Il n’a plus qu’une seule obsession : mettre fin à ses jours. Pour cela, il prévoit tout, afin que sa famille ne se retrouve pas désemparée. Il rend une dernière fois visite à sa mère en maison de retraite, revoit son seul ami dans l’intention de lui prendre son fusil. Il range impeccablement son appartement et achète un billet sans retour pour un pays en guerre, que l’on suppose être la Syrie (tant qu’à faire, autant mourir dans un endroit où il ne sera qu’un homme tué parmi tant d’autres !). Il emmène avec lui une boîte à outils : pourquoi ? En tout cas, elle ne va pas lui servir pour ce qu’il s’imaginait.

Dans ce livre qui débute pourtant par une idée assez sombre, le suicide, nous retrouvons beaucoup d’humour ainsi que de l’espoir. Le personnage se rend compte que ses problèmes de famille sont dérisoires à côté de ce qui se passe dans un pays en guerre, où chacun se bat pour sa survie.

Lu en septembre 2019, Europe Nord :Fleming JENSEN – Petit traité des privilèges de l’homme mûr

Fleming JENSENPetit traité des privilèges de l’homme mûr

F JENSEN est un humoriste danois. Dans ce livre qui fait penser à des sketches, il nous livre ses réflexions nocturnes, lorsqu’il est obligé de se lever la nuit pour grignoter ou satisfaire un besoin naturel ; tous les textes ne sont pas de la même qualité, mais certains sont réellement savoureux, à rapprocher de l’humour anglo-saxon.

Dans ces courts récits, il dissèque les travers de ses contemporains, mais il pratique également l’autodérision en même temps que la satire sociale. Il y critique aussi la société occidentale et ses travers.

Les textes « Questionnement sur la pertinence de nos célébrations », « La nervosité des jours d’anniversaire (avec la multiplication des ex et des familles recomposées), ainsi que Carotte Airways (les cadeaux des petits enfants) sont particulièrement savoureux.

Des encarts présentés comme des maximes, séparent les différentes parties du livre : « Sur la perte de poids – Ne jamais manger plus qu’on ne peut soulever ».

Ce livre malicieux et ironique fait écho aux textes de Riel (son compatriote) que Jensen a adapté pour le théâtre. Si vous ne les connaissez pas, précipitez-vous aussi sur les « Racontars arctiques » dans lesquels vous découvrirez les aventures déjantées et chaleureuses d’une bande de joyeux drilles !

Lu en septembre 2019 : pays du Nord :Tove JANSSON – Le Livre d’un été (1972)

Tove JANSSON – Le Livre d’un été (1972)

 Tove Jansson est une femme de lettre, illustratrice et peintre finlandaise reconnue, née en 1914.

Un été sur une île sauvage du golfe de Finlande, la jeune Sophie et sa grand-mère vont partager des moments uniques (randonnées, siestes, parties de pêche…)

La nature est omniprésente et les relations entre la petite fille et sa grand-mère, espiègle, impertinente, fantasque, émouvante, pas du tout conventionnelle vont se tisser au fil des semaines, renforcées par la situation insulaire, entre rêve et réalité.

Chaque chapitre est une mini-histoire où les mêmes personnages se retrouvent, bercés par les vagues.

Nous les suivons dans leurs aventures, leurs découvertes où la tendresse et leur complicité affleurent à chaque page. Ces relations chaleureuses très touchantes ont été appréciées par la majorité des lecteurs pour qui cet auteur était une belle découverte même si certains ont pu reprocher des éléments répétitifs.

Jeux de septembre 2019 : locutions introuvables

locutions introuvables

Inventez des locutions en mélangeant deux locutions existantes

exemple : tirer le diable par la queue et bâtir des châteaux en Espagne peuvent donner Tirer le diable en Espagne et bâtir des châteaux par la queue

Dans une deuxième étape, leur inventer une définition

Dans une troisième, les utiliser dans un petit texte

Sucrer les fraises

montrer patte blanche

C’était un très vieux matou aux quatre pattes de couleur différente, et très mal élevé, il montait sur la table de la cuisine et sucrait la patte blanche avant de la lécher goulûment et si on lui montrait les fraises dans le saladier, il se jetait dessus pour les dévorer

Poser un lapin

décrocher la lune

Mon regard je l’ai posé sur la lune, ô ma lune d’Août brillante et chaude et j’ai chanté à mon amoureux « décroche moi la lune »… Mon amoureux m’a quitté une nuit sans lune, il m’a juste décroché un lapin

Avoir le cœur sur la main

monter sur ses rands chevaux

Tous les jours, elle sortait du haras, elle avait la passion, elle avait le cœur sur ses grands chevaux indomptés du domaine. Hélas son père la vendit  à un cirque. Adieu les chevaux, elle se consola avec un bel acrobate et maintenant, elle monte sur la main de son partenaire. S.R.

Continuer la lecture de « Jeux de septembre 2019 : locutions introuvables »

jeux de septembre 2019: surdéfinitions

surdéfinitions

choisir un mot d’une syllabe, le définir , en incluant dans la définition un mot où cette syllabe est présente

Pot : Contenant bien rangé sur les étagères de l’apothicaire (MP)

port : sur une côte, ouvert comme un portail sur le monde (dodor)

chant :, pour la voix, un beau chantier (dodor)

mer : tout bateau est à sa merci (dodor)

main : si tu me tiens bien, je ferai preuve de maintien (dc)

main : à deux, je n’ai pas peur de demain (dc)

bar : en s’y accoudant on boit de bons coups en écoutant des bobards (jg)

Bol : quelle chance on a en automne en trouvant des bolets dans les bois (Jg)

Tas : accumulation de potasse(dodou)

tas :Amas ou quantités de choses dont Le Tasse a certainement parlé(dodou)

 

jeux de septembre 2019 : boules de neige

poème boule de neige


Boule de neige de mots : le premier vers à un mot, le deuxième , deux, le troisième trois, le quatrième quatre et ainsi de suite.

Variante : au bout d’un certain nombre de vers on peut refermer la boule en réduisant le nombre de mots régulièrement jusqu’à un

Autre variante : boule de neige de lettres, premier vers, un mot d’une lettre, deuxième un mot de deux lettres, le troisième, un mot de trois lettres etc.

boule de neige de lettres

Mi

Sol

Ding

Voici

L’Ode

Des

NÔ.

dodou

boule de neige de syllabes

Ou

tu joues

avec nous

ou tu veux pas

Si tu ne veux pas

Tant pis pour toi gros rat

Méfie-toi du chat

Il croquera

d’un coup

ton cou

Hou !

JG

boules de neige de mots

Matin

Matinée ensoleillée

Matinée fatiguée, frisquette

Octobre déjà nous guette

Souvenir, pizza, fête

Anniversaire oublié

Chagrin

S.R.

Continuer la lecture de « jeux de septembre 2019 : boules de neige »