Mars 2020, exercices pour l’Atelier d’écriture

ATELIER D’ECRITURE – ALT

Vendredi 20Mars 2020

Centre Culturel Terrasson 20 h. 15

Feuilleton :

Prolonger le texte choisi en séance parmi les textes corsetés . Chapitre 7

jeu1 : texte borné

Tirer au sort deux nombres entre 1 et 14. ces nombres correspondent à deux phrases : la première sera la début de votre histoire, la seconde la fin

1 – Que je m’ennuie entre ces murs nus (G Apollinaire)

2 – Avant d’entrer, assieds-toi sur cette malle (H. Bataille)

3 – On ne peut pas toujours courir à perdre haleine (A. Castagnou)

4 – Je suis seul dans un autre monde (Cocteau)

5 – Je vais par les chemins où mon caprice me mène (C. Cros)

6 – J’affronterai les mornes gris, les brûlants bleus ( Lucie Delarue Mardrus)

7 – Pour toi j’ai déserté l’ombre des grèves ( T. Derème)

8 – L’ennui monte du sol et s’égoutte du ciel (A. Drouin)

9 – A pas feutrés, midi s’empare de la ville (Fagus)

10 – On entend un coup sourd, deux coups, trois coups qui montent ( Paul Fort)

11 – Je suis entré dans le tourbillon de la vie (F. Gregh)

12 – Je parerai tes bras de bracelets (G. Khan)

13 – J’aurai passé ma vie à faillir m’embarquer (J. Laforgue)

14 – Je serai enfin libre de crainte et d’amertume ( Anna de Noailles)

Jeu 2 : enfilage de perles (jeu proposé par Sosso)

Deux personnes se rencontrent dans la rue, au bistrot, au coin du portail ….leur échange est une suite de banalités ou d’évidences.

Jeu n°3 : lipogramme

Réécrire le texte de Georges Perec en vous interdisant l’utilisation d’une voyelle de votre choix :

« C’est couché à plat ventre sur mon lit que j’ai lu  vingt ans après, L’île mystérieuse et Jerry dans l’île. Le lit devenait cabane de trappeur, ou canot de sauvetage sur l’Océan en furie, ou baobab menacé par l’incendie, tente dressée dans le désert, anfractuosité propice à quelques centimètres, de laquelle passaient des ennemis bredouilles.

J’ai beaucoup voyagé au fond de mon lit. J’emportais pour survivre des sucres que j’allais voler dans la cuisine et que je cachais sous mon traversin (ça grattait…). La peur – la terreur, même – était toujours présente, malgré la protection des couvertures et de l’oreiller. »

G Perec, Espèces d’espaces, p. 34

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *