jeu d’écriture par temps de confinement 24 03 2020 -2 -mot à épuiser – livraison 1

24 3 2020

Un jeu par jour en temps de confinement2 Mot à épuiser

1 Choisir un mot long (au moins 6 lettres). Imaginer le plus grand nombre de mots que l’on peut composer avec ses lettres ou les sons que produisent les syllabes.

Exemple :

balançoire : balance,bal, lance, soir, seoir, ballant, bas, lent, Loire, boire, anse, en-soi,noire, barre

2 Ecrire un texte en utilisant ces mots (le maximum)

 

Mot balançoire dont j’ai cherché l’exemple… il ne faut pas trop forcer…

Tirée à quatre épingles comme toujours, même en ce cinquante troisième jour de confinement, Jeanne se balance mollement dans son fauteuil à bascule, sur le balcon étroit de sa barre d’immeuble dominant la Loire. Ce soir, montent du fleuve des effluves poivrées qui font surgir des images d’enfance. Sous la frondaison épaisse d’un arbre vénérable, une balançoire : pour toute nacelle, une ancienne panière attachée par les anses à de grosses cordes blanches que ses doigts menus peinent à enserrer. Elle, en blouse beige et short délavé, bien moins seyants que ce qu’elle porte aujourd’hui, mais elle s’en moque, se lance le plus fort possible. Bientôt, sa chevelure noire s’envole en corolle autour de son visage, elle ne sait plus où est le haut ni où est le bas, ivre comme si elle venait de boire.C’est la même ivresse, lors de ses premiers bals, dans les bras de Pierre.. Elle se souvient du ballant de sa démarche lorsqu ‘elle regagne sa chaise. En soi, chaque moment de son existence reste au présent. Cependant , le mouvement lent de sa berceuse l’endort , les images s’effacent.

Ddor

En cette période un peu noire

Ou j’ai passé l’âge de faire de la balançoire

Je continue de garder l’espoir

Qu’un lendemain meilleur se prépare

Je n’ai plus envie de rester les bras ballants

Moi qui ai repris confiance en moi

J’ai envie de transmettre  mon allant

Pour que chacun m’accompagne d’une seule voix

T.D

Anéantissement

 

Il est né. Il a né. Cette différence le hante. Non pas pour les années qui le hissent désormais en haut d’une échelle qui donnerait le vertige, avec le néant tout en bas, à bonne distance…

Les ans ont passé sans que ce tissement d’une chronique bien connue, somme toute semblable à celle des autres, ne le laisse anéanti. Et là, quelque chose, imperceptible et qui ne ment pas, se fraie un chemin dans sa raison, son intelligence. Il est né, certes. Il n’a pas encore né. Puis, il se ravise. Rassemble ses esprits. Et commence à tisser par les bords, les bouts, d’un bond, ce qui va devenir une histoire particulière : l’anéantissement se dissout lentement dans l’aventure de ces mots qui naissent du profond.

M.S

avec le mot couverture:

LE  VER  DE  TERRE

Se détachant de la couture du couvercle,

Il est tout nu dans la cour,sans couverture,

Puis il se love dans le vert de la prairie,

Seulement couvert de sa vertu

B H

CHALEUREUSEMENT

C’est un  chat menteur, un chat lent qui râle.

Un rat rusé, un mâle le chalue et cha l’amuse.

Heureusement calme, le chat se marre. Ha ! Ha !

Le rat s’en est allé se hâler au Mans.

Ddou

CORONAVIRUS

Au nord, c’était les corons

Rongés , Navrés , devenant virulents

Au sud, corrélativement

C’est la même chanson

Mais touchant plus les navigants

Aussi bien les virils et les bourrus

Que les accortes et les malotrus

Qui l’eût cru ? Qu’un intrus incongru

Sème la terreur dans nos vies, dans nos corps.

SM

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *