jeu d’écriture par temps de confinement 17 confinement quand tu nous tiens -Suite

Le jardin

Je vois un paysage tiré à quatre épingles

Et dedans un tableau de Monet

Avec des pâquerettes qui font fleurettes

Comme ses nénuphars blancs

Et des verts étincelants de lumière

Qui ruissellent des arbres

Aux feuilles renaissantes.

Je vois un espace encadré d’ocres

les pierres jaunes du Périgord,

des murets de pierre sèche

qui me rappellent d’autres hommes.

Et dedans

une fenêtre ouverte sur un petit coin de liberté.

Je découvre la danse des centaines d’insectes

qui virevoltent ou s’affairent à mes pieds,

des dizaines d’oiseaux qui à tous les étages

Font jaillir leurs chants et jouer leurs plumages

Et dedans

J’entends la musique de cette nature en pleine effervescence

Une musique resplendissante,

qui ne demande qu’à être écoutée,

Comme un concerto de Mozart à la clarinette

Un jour de pluie ou de mauvaises nouvelles

Qui nous fait la fête.

Derrière la maison le tas de bois sèche au soleil

Pour quand le froid reviendra tout pareil

Plus loin, j’entends le bruit de quelqu’un qui s’affaire.

Tout est tranquille, un jour de grâce au jardin

Qui ne produit rien si ce n’est le loisir d’y languir.

FL

Une pensée sur “jeu d’écriture par temps de confinement 17 confinement quand tu nous tiens -Suite”

  1. Merci à tous pour vos textes.
    C’est un vrai plaisir de les découvrir chaque jour, avec leurs
    styles et leurs inspirations si variées.
    Dominique Dou

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *