Lu pendant l’été 2020- Poésie- Rimbaud

Arthur RIMBAUD (1854-1891)

Jean Nicolas Arthur Rimbaud est né le 20 octobre 1854 à Charleville-Mézières dans les Ardennes. Arthur est le deuxième enfant de la famille qui en compte cinq. Son père, capitaine d’infanterie, est souvent absent jusqu’au moment où il abandonne femme et enfants. Sa mère les élève seule, suivant des principes stricts. Le jeune Arthur est un élève brillant, il remporte des prix de littérature dès son adolescence en écrivant des poèmes en latin. Grâce à sa plume talentueuse, il remporte divers prix dont le premier prix du Concours académique en 1869. Jeune homme ambitieux et révolté contre l’ordre des choses, il voit la poésie comme un moyen de les faire évoluer. 

C’est en 1870 qu’est publié son premier poème « Les Etrennes des orphelins ». Un nouveau professeur, Georges Izambard, vient enseigner dans le lycée d’Arthur. Grand amateur de poésie, l’enseignant l’initie à cet art. Rimbaud découvre notamment la poésie parnassienne et brille par son style et sa maturité. En août, la France entre en guerre contre la Prusse. Arthur, alors âgé de 16 ans, fait sa première fugue à Paris. Il écrit le célèbre poème « Le Dormeur du Val« . 

Paul Verlaine, à qui Rimbaud a envoyé ses écrits, est touché par les vers du jeune homme et l’invite à Paris : « Venez, chère grande âme, on vous appelle, on vous attend ». Rimbaud s’y rend aussitôt, emportant avec lui son poème « Le bateau ivre« . S’ensuivent deux années d’errance et de vagabondage. Ils vivent à Paris chez Verlaine (lui-même étant marié et vivant en ménage) et mènent une vie de bohème en fréquentant les bars du quartier Latin. Puis, les deux amants passent par Bruxelles et Londres. Leur liaison s’achève violemment. Le 8 juillet 1873, Verlaine et Rimbaud se disputent et décident de se séparer. Verlaine, en état d’ébriété, tire sur Rimbaud et le blesse. Verlaine sera condamné par la justice belge à deux ans de prison. Peu après, Rimbaud achève et publie « Une saison en enfer« , dans laquelle il témoigne de sa souffrance. Sa blessure sera la cause de sa mort. Celui que Verlaine avait surnommé « l’homme aux semelles de vent » poursuivit seul ses voyages. Il écrit le recueil « Illuminations » qui comprend 57 poèmes, parus en 1886 dans lesquels l’éblouissement des images atteint son paroxysme mais où il faut accepter l’obscurcissement de la compréhension. Aurait-il pu continuer une œuvre.

À 19 ans, Rimbaud choisit d’abandonner la poésie. Rimbaud enchaîne les destinations : Hollande, Suisse, Allemagne, Italie, Chypre… En 1880, il devient gérant d’un comptoir commercial en Abyssinie. En 1886-87, il se lance dans le trafic d’armes dans l’espoir de devenir riche. L’affaire se révèlera un désastre. En 1891, il souffre de douleurs au genou et se fait rapatrier en France. A Marseille, les médecins découvrent une tumeur au genou. Rimbaud doit immédiatement se faire amputer de la jambe droite. La maladie progresse et Rimbaud meurt le 10 novembre 1891 à Marseille à l’âge de 37 ans. Il est enterré au cimetière de Charleville-Mézières

 Le poème Le dormeur du val est extrait du recueil Poésies écrit en 1870 à l’âge de 16 ans lors d’une fugue quand il traverse des zones dévastées par la guerre Franco-Prussienne en 1870. L’horreur de la guerre a inspiré de nombreux textes, l’un des plus célèbres par la sobriété de sa dénonciation est peut-être le sonnet Le Dormeur du Val.

C’est un sonnet composé de 2 quatrains (alexandrins) et 2 tercets (rimes suiviesrimes embrassés > alexandrins).C’est donc un poème de structure très classique comme la majorité de ses premiers poèmes mais où pointent déjà des éléments de déstructuration comme les rejets (verbes « luit » et « dort », adjectif tranquille) qui créent une première déstabilisation chez le lecteur avant la chute finale.

Il fait partie des poèmes les plus mis en musique. Il a été notamment lu par Reggiani et Montand.

Cette œuvre admirable profonde a été créée par un tout jeune homme sur une très courte période (5ans). Il aspirait à la reconnaissance et a été admiré par les milieux littéraires de son temps, puis oublié mais la poésie de Rimbaud ouvert les voies d’une poésie nouvelle dont les Surréalistes se sont réclamés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *