Mystère à la résidence Au Long Cours : chapitre 2

Lucia enquête

Lucia n’en revient pas. C’est bien à elle qu’est confiée la mission de résoudre l’énigme des bruits nocturnes.

Elle en est toute ragaillardie. Pourtant en ce moment, les clients n’affluent pas. Avec leurs histoires de carburant, de baisse de pouvoir d’achat, même ses habitués viennent moins souvent la consulter. Non qu’ils soient moins soucieux de connaître leur avenir mais tout simplement, ils ne peuvent plus la payer. Elle réfléchit un bon moment. Son premier réflexe est de prendre un plan de l’immeuble qu’elle avait trouvé dans son appartement et d’utiliser son pendule. Mais non, ça n’est pas la solution.

Que faire ? D’abord observer, écouter, guetter et interroger… Continuer la lecture de « Mystère à la résidence Au Long Cours : chapitre 2 »

MYSTÈRE A LA RESIDENCE AU LONG COURS chapitre3 : Nouvelles conjectures

Chapitre trois

nouvelles conjectures

Lucia faisait le point sur la rencontre de la veille. Si elle en avait appris un peu sur les habitants de l’immeuble qui étaient apparus plus sympathiques et intéressants qu’elle le craignait, rien n’était ressorti qui pût faire avancer l’enquête à travers les plaisanteries de fin de soirée. Ça piétinait et cela l’agaçait profondément. Continuer la lecture de « MYSTÈRE A LA RESIDENCE AU LONG COURS chapitre3 : Nouvelles conjectures »

Mystère à la résidence au long cours : chapitre 4 : Pour la boule, c’est Griffoul

Chapitre 4

Pour la boule, c’est Griffoul.

Aller raconter tout ça à Maria ? Non, maintenant c’était son affaire à elle, pas question de partager avec qui que ce soit ; quant aux tarots elle était bien placée pour savoir que c’était du pipeau pour les gogos mais il fallait bien gagner sa vie.…

Donc elle décida de prendre contact avec les intrus par le biais d’une lettre cachetée qu’elle glisserait sous la porte comme le suggérait l’auteur du précédent chapitre, toujours médiocrement inspiré comme d’habitude.

Oui mais que leur dire ? et d’ailleurs quelle langue parlaient-ils ? rien n’indiquait qu’ils fussent français ou francophones. Continuer la lecture de « Mystère à la résidence au long cours : chapitre 4 : Pour la boule, c’est Griffoul »

Mystère dans l’immeuble « Au long cours »Chapitre 5: Une drôle d’affaire

Chapitre E.

Une drôle d’affaire

Encore bougon d’avoir été brusquement sorti de son sommeil (un peu comateux du fait des excès de la veille) par Lucie Moune, l’extravagante et mielleuse Lucia, Lucien Griffoul n’a pas pris le temps de se peigner ni de se laver, il sort hirsute de son appartement, l’air empressé, le pas plus ferme et décidé que d’habitude..Il marmonne  et se dit que Lucia pourra bien l’attendre, pourquoi elle ne réveille pas plutôt sa boule de cristal pour cet « important problème », c’est bien la preuve que c’est de la foutaise son cinema de voyante extralucide ! Dans le Hall il croise la Camillera fardée comme si à 11heures du matin elle allait à l’opéra…De l’air, son parfum empeste !

En marchant dans la rue jusqu’au Café de la Place, il n’a qu’une idée dans le ciboulot, cet appel à témoin qu’il vient de lire dans les annonces de l’Essor sarladais, à la recherche d’un clown qui aurait disparu avec son chien savant…Fugue, enlèvement et séquestration, accident, suicide ou crime ? Etrange histoire à éclaircir et par intuition Lucien penche pour la fugue ou l’enlèvement …le chien aurait conduit à son maître, se dit-il, dans les deux dernières hypothèses… Continuer la lecture de « Mystère dans l’immeuble « Au long cours »Chapitre 5: Une drôle d’affaire »

« Résidence au long cours « : 3 fins possibles 1

Dénouement au « Long Cours »

De retour à la résidence, Lucien est tout excité car ce soir il sera la star de l’immeuble. Et oui car c’est lui qui va résoudre l’énigme des bruits dans l’appartement vide du premier. Et Ça, Ça va clouer le bec à toutes ces pimbêches de voisines. Et cette Lucia, extralucide qu’elle se dit, elle ferait mieux de s’acheter une bonne paire de lunettes pour voir dans sa boule de cristal. Continuer la lecture de « « Résidence au long cours « : 3 fins possibles 1 »

« Résidence au long cours « : 3 fins possibles 2

FIN DU FEUILLETON

Le Café de la Place est un café très fréquenté. Ça rentre et ça sort en permanence.

Un café au bar, un petit blanc consommé en vitesse. Quelques-uns s’attardent, d’autres s’y croisent ou s’y retrouvent régulièrement. Ils sont presque des habitués. David, un journalise fait partie de ceux-là, au point que personne ne lui prête attention. Il se confond avec les murs, ce qui lui est bien utile pour sa profession. C’est ainsi qu’il a assisté aux échanges et aux élucubrations autour de Zaza le clown. Il connait bien Bastien, son compère André et même toute la troupe du cirque. Et lui sait exactement ce qui s’est passé la nuit, à la résidence au Long Cours.

La mésentente du clown avec son patron ne date pas d’hier. Le cirque périclite et Zaza a proposé de changer les dates de tournée, d’aller dans des villes plus importantes et d’y passer l’hiver. Mais Fiorino a toujours dit non Ils ne sont d’accord sur rien sauf sur une appréciation commune sur la plastique de la trapéziste, ce qui a encore envenimé les choses. Une autre chose qu’ignorent Griffoul et les autres, c’est que le propriétaire du cirque est très endetté. Les banques ne veulent plus lui accorder de crédit. Pour payer ses employés, il a emprunté une grosse somme d’argent à Zaza. Un soir où il s’est rendu compte que son affaire était au bord du gouffre, il a même été tenté de trucider le clown pour supprimer dette et prêteur. Mais il n’est pas passé à l’acte. C’est David qui les a séparés in-extremis. Continuer la lecture de « « Résidence au long cours « : 3 fins possibles 2 »

« Résidence au long cours « : 3 fins possibles 3

Le Grand Chambard

le clown s’est ouvert de sa situation à Bastien qui lui a offert de l’aider en échange de devenir son élève  : via André il a eu la planque de la réserve au 1er étage, par hasard il a pu ouvrir le cadenas et le clown y dort avec son chien savant une partie de la journée jusqu’à deux heures du matin. C’est ce qu’a entendu Lulu en faisant semblant de fumer non loin des deux garçons. Maintenant qu’il a compris, il peut retourner dans son antre. Tout ça ne le regarde pas. Et, surtout, pas question d’en parler à cette extravagante illuminée… elle n’a qu’à consulter sa boule, si elle y croit elle-même. Continuer la lecture de « « Résidence au long cours « : 3 fins possibles 3 »