Lu en février 2019: coups de cœur / Claude Pinault, le syndrome du bocal

Claude Pinault, Le Syndrome du bocal (2009)

 Ce récit est un témoignage de Claude Pinault (né en 1951), directement inspiré de sa vie personnelle puisque le personnage principal, un ingénieur, est soudainement atteint du syndrome de Guillain-Barré. Cela lui arrive alors qu’il revient de vacances avec sa femme et ses deux enfants ; il a été piqué par une méduse durant le séjour. L’ingénieur consulte plusieurs médecins, tandis que sa santé se dégrade de jour en jour. Une descente aux enfers commence : ce sont ses bras puis ses jambes qui se retrouvent ankylosés. Continuer la lecture de « Lu en février 2019: coups de cœur / Claude Pinault, le syndrome du bocal »

Lu en février 2019: coups de cœur / Peter Wohlleben, le vie secrète des arbres

Peter Wohlleben, La Vie secrète des arbres (2015)

Né à Bonn en 1964, P W a d’abord fait des études de biologie avant de devenir garde-forestier. Mais étant en désaccord avec l’exploitation « marchande » de la forêt, (Son travail comprenait abattage d’arbres anciens et l’utilisation des pesticides). Il décida de se débarrasser de ses machines servant à l’abattage massif de bois, et les remplacer par des attelages de chevaux. Finalement, en 2006, la municipalité lui offrit sa chance. Au bout de deux ans, l’exploitation de la forêt passa de la perte au profit.

Cet ouvrage, éloge de la lenteur, a été très médiatisé lors de sa parution en France. Les citadins regardent les arbres comme des « robots biologiques » conçus pour produire de l’oxygène et du bois.

Forestier, Peter Wohlleben a ravi ses lecteurs avec des informations attestées par les biologistes depuis des années, notamment le fait que les arbres sont des êtres sociaux. Ils peuvent compter, apprendre et mémoriser, se comporter en infirmiers pour les voisins malades. Ils avertissent d’un danger en envoyant des signaux à travers un réseau de champignons appelé ironiquement « Bois Wide Web ». 

C’est un excellent document de sensibilisation, scientifique et pédagogique en apprend beaucoup sur les hêtres, sapins, séquoias, lichens… leurs mécanismes d’auto-défense. Utilisant un langage simple et imagé, ce livre a connu un grand succès.

Lu en février 2019: coups de cœur / Eric Vuillard, La guerre des pauvres

Éric Vuillard, La Guerre des pauvres (2018)

Ecrivain et cinéaste né en 1968 à Lyon, Eric Vuillard est notamment l’auteur chez Actes Sud de Tristesse de la terre (2014, prix Joseph-Kessel) et de L’ordre du jour (2017), qui lui a valu le prix Goncourt.

Les exaspérés sont ainsi, ils jaillissent un beau jour de la tête des peuples

comme les fantômes sortent des murs.

É. V.

 La « Guerre des pauvres » débute avec une pendaison, celle d’un père, son fils Thomas Müntzer n’oubliera jamais cette image gravée dans sa mémoire. Cet évènement est lié à la réforme luthérienne qui provoque des troubles en Allemagne Continuer la lecture de « Lu en février 2019: coups de cœur / Eric Vuillard, La guerre des pauvres »

Lu en février 2019: coups de cœur /Philippe Claudel, Parfums

Philippe Claudel, Parfums (2012)

Philippe Claudel, né en 1962, a fait des études de lettres avant de devenir enseignant aussi bien dans des établissements classiques que dans des hôpitaux, auprès d’enfants handicapés ou dans des prisons. Il est un auteur reconnu qui a publié  « Parfums » en 2012.

Deux autres romans antérieurs avaient également connu un certain succès : « Les âmes grises » et « La petite fille de Monsieur Linh ».

C’est une série de 17 textes très courts portés par une odeur. La mémoire des parfums est tenace et elle ouvre la porte de bribes de souvenirs que nous fait partager Philippe Claudel, références à la vie quotidienne (le munster condamné au rebord d’une fenêtre), à l’amour (odeur de la femme aimée), à la mort. Continuer la lecture de « Lu en février 2019: coups de cœur /Philippe Claudel, Parfums »

lu en février 2019 : coups de cœurs / Yves Ravey ,Trois jours chez ma tante

Yves Ravey, Trois jours chez ma tante (2017)

Yves Ravey est né en 1953. Il publie régulièrement depuis 1989. « Trois jours chez ma tante » est sorti en 2017.

Le narrateur est le héros, Marcello Martini contraint de rentrer du Libéria où il dirige une ONG qui accueille et éduque des enfants réfugiés depuis 20 ans. Financièrement, il est aux abois car le Haut-Commissariat aux réfugiés menace de couper ses subventions au moment où sa tante qui lui verse une confortable rente mensuelle menace de le déshériter. Continuer la lecture de « lu en février 2019 : coups de cœurs / Yves Ravey ,Trois jours chez ma tante »

lu en février 2019 : coups de cœurs / Léautaud, le petit ami

Paul Léautaud, Le Petit-ami (1903)

Paul Léautaud est né en 1872 et mort en 1956.
Connu comme misanthrope et misogyne, passionné des chats et autres animaux dont il aime s’entourer il est aussi comme critique littéraire acéré et auteur d’un journal de 6000 pages commencé en 1883

Il déteste la fiction. Il transforme ce qu’il a vécu, ce qu’il a observé en matière littéraire.

Ainsi « le petit ami » paru pour la première fois en 1903 au « Mercure de France » ( réédité à l’imaginaire Gallimard) est il le récit autobiographique de ses jeunes années qu’il aurait , pour sa part préféré intituler « Souvenirs légers ». Continuer la lecture de « lu en février 2019 : coups de cœurs / Léautaud, le petit ami »

Compte rendu du cercle de lecture de Janvier 2019 : les animaux 6

6 Luis Sepulveda : l’histoire d’une mouette et du chat qui lui a appris à voler

 

Ce n’est pas seulement une fable que Luis Sepulveda adresse aux jeunes mais à tous. Ce romancier Chilien engagé, qui a fui les prisons de Pinochet a vécu à Hambourg où se situe cette curieuse histoire et il est maintenant installé à Gijón en Espagne .

Un gros chat noir dont le maître est parti en vacances, voit tomber devant lui et pondre sur son balcon une mouette engluée dans le mazout. Il est est bouleversé. Avant de mourir, elle lui extorque trois promesses : ne pas manger l’œuf, le couver et apprendre la mouette à voler. De quoi aller contre tous les instincts d’un chat, mâle et soucieux de sa dignité de surcroît . Mais ce chat n’a qu’une parole. Continuer la lecture de « Compte rendu du cercle de lecture de Janvier 2019 : les animaux 6 »

Compte rendu du cercle de lecture de Janvier 2019 : les animaux 5

5 Paul Fournel (textes), Cueco (illustrations)  : Animaux d’amour

C’est de la poésie et du dessin, un ensemble facétieux et léger qui réjouit le lecteur, même si bien peu, ici s’y sont essayé.

Paul Fournel et Henri Cueco font partie de l’Oulipo, ouvroir de littérature potentielle où des écrivains s’adonnent à des textes à contraintes qui libèrent l’imagination. Continuer la lecture de « Compte rendu du cercle de lecture de Janvier 2019 : les animaux 5 »

Compte rendu du cercle de lecture de Janvier 2019 : les animaux 4

4 Alessandro Boffa : Tu es une bête Viskovitz

 

Alessandro Boffa est un Italien globe trotter qui a fait des études de biologie qui lui ont peut être inspiré ce bestiaire intelligent, original et cocasse porteur de réflexion plus générale sur la vie. Après sa lecture, on ne peut plus regarder les animaux tout à fait de la même façon. Continuer la lecture de « Compte rendu du cercle de lecture de Janvier 2019 : les animaux 4 »