jeu d’écriture par temps de confinement 28 03 2020- 6- exercices de style

28 03 2020

jeu d’écriture en période de confinement – 6 –


Exercices de style

inspiré de R Queneau

Au départ un texte tiré de « Nouvelle en trois lignes » de Félix Fénéon ( dépêches écrites en 1906 par ce journaliste qui était aussi critique d’art) :

« On couronnait les écoliers de Niort. Le lustre tomba, et les lauriers de trois d’entre eux se teignirent d’un peu de sang »

Vous allez développer cette histoire en choisissant parmi les 10 styles suivants ( Queneau en a écrit 99) :

– litotes ( dire moins pour laisser entendre davantage)

– métaphores ( accumulation d’images)

– surprise

– hésitation

– précision

– alexandrins

– anglicismes

– interrogatoire

– négativité

– partial

 


surprise

Fallait-il que ce jour béni soit funeste ? Comment imaginer transformer le laurier en bois de sapin ? Quel émoi face à la chute ! Quoi, un lustre achevé et c’est cinq, non, trois seulement, de ces têtes blondes qui furent estoquées ! Que faire de toute cette humeur si ce n’est… prions !

MS

métaphores

Les cueilleurs de savoir issus du berceau de l’herbe des anges recevaient leur auréole. L’oiseau de lumière voleta plus ou moins légèrement jusqu’au sol, effleurant au passage trois des auréoles vertes qui rougirent.

M.V Continuer la lecture de « jeu d’écriture par temps de confinement 28 03 2020- 6- exercices de style »

Ecrit en février 2020 : Publi-poésie 5

publi-poésie

Voici quelques affiches de publicité . Vous pouvez en choisir une ou en trouver une autre mieux et utiliser les mots (une partie du moins) et l’image pour créer un texte

 

 

Je sème à tout vent,

Des mots, des images,

Des portraits, des tableaux, des cartes.

 

M’avez-vous reconnue ?

Je suis la Semeuse,

Connue de tous.

 Je sème à tout vent,

Est une devise due à l’architecte Emile Reiber (1826-1893):

l’instruction donnera des fruits.

Avant d’être petit, nouveau, illustré, complet, universel, il fut un homme, Pierre Larousse (1817-1875).

« Instruire tout le monde et sur toutes choses » était son but.

La Semeuse serait l’œuvre d’un Gersois, Emile Augé, chargé des illustrations pour Larousse.

DDou

 

 

décembre 2019: musique, fable 2

 fable

Couples d’instruments définis en séance

le basson et le violon ; la trompette et le tuba, le piston et la flûte à bec, le violoncelle et la flûte

 

 

Le piston et la flûte à bec.

Le piston qui scandait les accords des basses

Avec la flûte à bec qui minaudait, belle garce,

Différents d’humeur, de langage et d’esprit,

Se côtoyaient dans l’orchestre de « l’harmonie ».

Malgré ses succès avec des chansons légères

La flûte s’effaçait devant le piston sévère.

Le piston sentant la gêne de la flûte jolie,

La rassure et lui dit : Allons de compagnie,

Suivons le tempo de la baguette du chef,

 

Contre vous, ma belle, je n’ai aucun grief.

Libérée la flûte joue d’arpège en arpège,

Des airs badins, pour chasser le sortilège,

De-ci, de-là, elle pousse la chansonnette.

Le piston en déplore l’égrillard tout net :

Gardez ce répertoire osé, c’est votre droit,

Mais sachez qu’il ne nous donne aucun émoi

Foutaise ce vieux ronchon, pense la flûte légère,

 

Il est bon cependant que les avis diffèrent,

Avoir du piston apporte parfois du profit,

Et dire, merde flûte, soulage quand c’est fini !

JG

Ecrits en Octobre 2019 refrain caché

Des refrains qui suivent ne subsistent que les voyelles. A vous de constuire un nouveau texte:

 

 

Voici le premier:

O…I…AI…E…U…

…E…E…U…E…O…E

E…A…I…U…E…E

…U…U…I…IO…A…EE…

E…OU…OU…E…E…E

 

Oh ! Il raille d’un

Geste pur encore

Enfantin un rêve.

Culculs, visions passées

Et toujours de bébé.

JG Continuer la lecture de « Ecrits en Octobre 2019 refrain caché »

Lu en septembre 2019, Europe du Nord: Thomas ESPEDAL – Marcher (2012)

Thomas ESPEDAL – Marcher (2012)

 Le personnage central de ce roman contemplatif est un solitaire qui quitte tout ce qui faisait sa vie citadine et part à pied, les yeux ouverts sur la nature norvégienne (avant Glasgow, Paris ou Istanbul) et la tête pleine de références littéraires (Lawrence, Rousseau, Sartre, Walt Whitman et de nombreux autres auteurs sont cités). Ainsi il déambule, contemplatif, au seul gré de ses envies.

Sa conception de la marche, voir, sentir, penser, être, se concilier avec soi-même est celle de Rousseau.

Ce livre sobre, original a plu à la plupart des lecteurs qui ont accompagné l’expérience mentale et physique du héros, et se sont abandonnés à son univers. Certains lecteurs, cependant, sont restés imperméables à un texte ressenti comme nombriliste.

jeux de septembre 2019 : texte corseté 4

Jeu n°1 : texte corseté

En séances nous avons déterminé des contraintes multiples à partir de propositions diverses et d’un choix aléatoire de divers participants.

Moment : le soir du réveillon

météo : vent du sud ( celui qui rend fou, amoureux, ou poète)

lieu : la terrasse d’un café

personnage, état : SDF

situation / évènement : va participer au «  jeu »de télé réalité: « marié au premier regard »*

écrire une histoire ouverte, au présent et à la première personne (créer une ambiance en utilisant tous les éléments)

texte 4

Mariés au premier regard

Ce soir, ma vie va changer, je le sais, je le sens. II ne peut pas en être autrement. Aux 12 coups de minuit, on sera en 2020. Il va se passer quelque chose, il faut qu’il se passe quelque chose car ça fait trop longtemps que je galère.

Maudit soit ce licenciement économique qui a ruiné toutes mes espérances et qui me tue à petit feu.

Au début j’étais pleine d’espoir mais il a bien fallu se rendre à l’évidence, il n’y avait pas de travail. Alors peu à peu les choses se sont détériorées. Mes économies ont fondu comme neige au soleil, j’ai eu du mal à payer mon loyer avec des charges trop lourdes et puis il y avait ce crédit de voiture qui me paraissait insignifiant au début mais qui maintenant me laissait à peine de quoi me nourrir. Continuer la lecture de « jeux de septembre 2019 : texte corseté 4 »

Ecrit pour l’atelier de janvier : fable 2

jeu N°3 : fable

Une liste de noms communs d’objets est faite en séance Ils ont été tirés au sort 2 par deux pour une fable.. :

le stylo et la trousse ; la chaise et la table ; le tableau et le canapé ;le fauteuil et le bonnet ; le collier et la maison ; le piège à souris et la cafetière ; le soleil et l’aiguille, le livre et le parapluie

Le soleil et l’aiguille

Une aiguille fine fine

S’était cachée en sourdine

Dans une meule de foin

De trèfle et de sainfoin.

Bien malin qui la verrait

Et convaincue de son secret

Elle dormait, tranquille

Sans crainte qu’on l’enfile. Continuer la lecture de « Ecrit pour l’atelier de janvier : fable 2 »

Ecrit pour l’atelier de janvier : fable 1

jeu N°3 : fable

Une liste de noms communs d’objets est faite en séance Ils ont été tirés au sort 2 par deux pour une fable.. :

le stylo et la trousse ; la chaise et la table ; le tableau et le canapé ;le fauteuil et le bonnet ; le collier et la maison ; le piège à souris et la cafetière ; le soleil et l’aiguille, le livre et le parapluie

La chaise et la table.

Je suis le rêveur qui à la fin du repas

S’accoudant sur la table, tête tenue entre ses mains,

Bien assis sur sa chaise pense au lendemain.

C’est difficile, mais j’y trouve encore un appas.

 

Espérance du meilleur je donne la vie

A la chaise, à la table. Chaque jour je les emploie

Pour accomplir mes tâches domestiques avec joie,

Elles en discutent et se disputent, j’en suis ravi. Continuer la lecture de « Ecrit pour l’atelier de janvier : fable 1 »

Ecrit pour l’atelier de janvier: Histoires de « chafre » (surnom) 2

Jeu n°2 : histoire de « chafre »

Parfois les gens ont un surnom, qui leur convient ou non, qui leur colle tellement à la peau qu’on a oublié leur nom. Parlez nous de l’un d’entre eux.

Les « chafres » qui ont accompagné ma vie

Automne !937, à l’école professionnelle Albert Claveille à Périgueux je découvris les matières enseignées et leurs professeurs attitrés. Andrieux, dit Mimile enseignait le dessin industriel et la technologie.

J’étais bon élève, mais aux questions posées je répondais avec un certain décalage dans le temps, celui de la réflexion. Alors Mimile disait « Godard n’en fout pas une secousse ».. J’y gagnai mon titre de noblesse, « Vicomte Jacques Godard de la Secousse », qui à l’usage se raccourcit à « Vicomte ». Continuer la lecture de « Ecrit pour l’atelier de janvier: Histoires de « chafre » (surnom) 2 »