Feuilleton 2019 2010 épilogue

Chapitre 9 : Où l’on verra que l’auteur ayant accepté de relever le défi insensé de conclure ce feuilleton ajoute à la difficulté de cette tâche titanesque en refusant de choisir une des trois propositions ci avant émises pour les valider toutes les trois !

« Fred, si l’un de nous ment, on ne peut pas continuer… »

Bien que je fusse un peu surpris je n’en laissai rien paraître (enfin je crus n’en rien laisser paraître : Marianne ne s’en laissait pas si facilement conter on le verra sous peu) mais je ne fus pas pris au dépourvu au moins ; en effet suite à mes scrupules relatifs à la crainte, si l’on consommait le mariage, de me trouver compromis dans une relation incestueuse, j’avais pris la décision d’en parler à quelqu’un et à qui d’autre qu’à Marianna, la psy qui nous accompagnait depuis le début, pouvais-je me confier ?J’eus donc à ma demande un entretien avec elle au cours duquel je déballai toute la vérité sur mon histoire.

– Je m’en doutais depuis le début, me dit-elle avec la mauvaise foi caractéristique des gens de sa profession, mais je ne pouvais rien dire il fallait que cela vienne de vous. Suivit un long développement savant sur l’œdipe et les théories de Freud à ce sujet. Puis elle me conseilla sentant combien il était difficile pour moi de parler à Marianne de mettre par écrit ma confession et de la lui donner à lire au moment opportun. Continuer la lecture de « Feuilleton 2019 2010 épilogue »

Feuilleton, chapitre 6

Chapitre 6

Et voilà, j’y suis, la voiture roule vers la Mairie. Sur le siège arrière dans ma robe de mariée, mon bouquet à la main, je tremble un peu. Le chauffeur me regarde dans le rétroviseur et me sourit.

Je vais me marier !

Tout s’est passé si vite ! La galère, ma rencontre avec Mikaël et sa mère, l’inscription à l’émission, le coup de téléphone de la production, les préparatifs…

J’ai une boule au ventre grosse comme une balle ce golf. Ah non pas ça ! Ça me fait trop penser à mon père, pas lui ! S’il savait…Je l’entends d’ici : « Ma pauvre petite fille, tu ne feras jamais rien de bon… »

Je peux encore reculer, dire non s’il ne me plaît pas, ou si moi je ne lui plais pas c’est peut-être lui qui dira non. Alors retour à la case départ… Continuer la lecture de « Feuilleton, chapitre 6 »

feuilleton 2019 2020 chapitre 5

Chapitre 5

Ça y est, c’est le jour J. J’ai jamais autant flippé. J’crois que je vais tout abandonner, j’le sens pas du tout… J’suis assis sur un fauteuil confortable, face à un miroir ultra lumineux avec plein d’ampoules ; j’me demande si j’vais pas devenir aveugle. Tous ces gadgets, j’ai pas l’habitude dans ma tente. Une maquilleuse est en train de me refaire l’portrait ; faut dire, j’suis pas tellement potable en temps normal. J’ai troqué mes vieilles fripes rassurantes contre la panoplie « mec ultra chic » que m’a prêtée Thomas, le serveur du café du canal. J’suis pas à l’aise du tout là-dedans, ça me serre un peu, surtout cet horrible nœud pap’. J’me reconnais pas, j’ai l’air de j’sais pas quoi. « Surtout, soyez-vous-même, ne cherchez pas à cacher qui vous êtes » : conseil de la belle Marianna, ma fidèle psy. Comme ça, la future mariée pourra se faire une idée de moi, du type de mec que j’suis. Elle est bien bonne celle-là, je cache ma personnalité depuis le début ! Je résume : j’suis un pauvre SDF qui a fourni l’adresse d’un pote comme domicile fixe (sachant que je n’y mets jamais les pieds), j’ai raconté que j’avais enchaîné les petits boulots pour m’en sortir alors que j’en fous pas une et que je préfère végéter dans le XIXe avec une bonne bière, et la toute dernière, j’me suis créé la famille idéale pour la cérémonie de mariage. C’est un passage obligé : pas de cérémonie sans invités. Alors j’ai eu une idée de génie. Enfin c’est limite quand même, vous allez comprendre… Continuer la lecture de « feuilleton 2019 2020 chapitre 5 »

Feuilleton 2019 2020 chapitre 4

Chapitre 4

Dans quelle galère il m’a mis, l’Raf… et j’t’embrouille le soir du nouvel an, et deux jours après j’te fais connaître une nana qu’a fait l’taf, et j’t’invite à bouffer… et moi, l’ toutou Suffit que Raf dise que’que chose, j’ fonce. J’lui fais trop confiance.

Alors que j’ sais, c’est un truc de ouf, surtout quand t’es dans la rue. Tu crois qu’j’en ai, moi, des tee-shirts à donner, des qui sentent bon en plus. Tu crois qu’ j’ la fait tous les jours moi, la lessive.

M’a fallu trois jours de taf à curer des dépôts abandonnés (rien qu’l’odeur, un mec normal, il reste pas deux heures, Raf, même pas une) pour avoir assez d’tunes pour un fut’, deux tee-shirts, des chaussettes sans trou et une chemise à fleurs au s’cours pop. Classe, la chemise, j’y ai mis trois euros. Cher pour moi.

Aujourd’hui, c’est l’ rendez-vous à Vernouillet. Hier j’ai fait le 115 pour un hébergement de nuit, douche incluse. J’aime pas ça. On est les uns sur les autres. T’aurais vu les gueules quand ils m’ont vu sortir en grande tenue… Raf a pas voulu m’accompagner, sous prétexte qu’il travaille, mais j’ai réussi à lui extorquer son blouson qui en jette (contre ma vieille doudoune qui perd ses plumes). J’ai enfoncé mon bonnet jusqu’aux yeux et en avant pour le RER. Continuer la lecture de « Feuilleton 2019 2020 chapitre 4 »