La croisière s’emmure, chapitre 1

La croisière s’emmure

Chapitre1

Quelle chance d’être connue ! Je suis invitée sur le Costa Covidia pour une croisière de 8 jours en Méditerranée où je vais devoir faire des conférences sur le développement personnel.

« Que c’est gentil mon Chéri de me proposer de venir me retrouver dans 8 jours à Marseille ! Nous en profiterons pour faire une escapade dans les environs pendant quelques jours. » 

Vous l’avez compris : je suis la Professeure Jeanne Veauleau psychothérapeute et coach pour particuliers ou groupes (associations, entreprises publiques ou privées).

Dès le départ de Marseille j’ai commencé mes conférences portant sur différents thèmes chaque jour et concernant l’Analyse transactionnelle, la Vivance présentielle, l’Hypnose, le Rebirth etc..

Et voilà le dernier jour de croisière où nous faisons un «  debriefing » de toutes ces séances et je sens une groupe uni, soudé , confiant et concentré sur le présent.

Bientôt nous nous séparerons et je retrouverai mon ami dans quelques heures.

Alors que nous commençons toutes et tous à nous préparer à partir chargés à la fois de belles images et de nostalgie, la Capitaine Lucie AZUR nous informe que le Docteur Pisse-Froid nous attend pour être testés contre le Covid . Chacun d’entre nous se pose la même question : pourquoi ? Et fait la même réponse : le croisiériste souhaite prendre toutes les mesures de précaution.

A Midi, alors que nous voyons le port de Marseille se dessiner au loin, nouvelle annonce de la Capitaine : «  Suite à deux cas de Covid avérés, chacun doit regagner sa cabine et y rester jusqu’à nouvelle information »

Je suis ulcérée d’un tel ordre, je suffoque de rage. Comment nous maintenir en otage pour 2 cas ? Je demande une entrevue à la Capitaine IMMÉDIATEMENT ! Celle-ci trop occupée me recevra plus tard.

Je rentre dans ma cabine, téléphone à mon ami, lui crie ma déception, vitupère contre l’organisation en n’ayant qu’une idée en tête : m’en aller d’ici par n’importe quel moyen.

Moi, Surmoi, maîtrise de soi, confiance, sérénité : OUBLIES. Je sanglote comme une adolescente à sa première déception amoureuse. Dès le 1er soir je refuse de dîner et entame une grève de la faim pour montrer ma révolte. De plus, je ne peux même pas profiter du soleil vu qu’on ne peut aller nulle part même pas au solarium. Nous sommes enfermés pris en otage pour une durée indéterminée sans aucune information complémentaire.

Continuer la lecture de « La croisière s’emmure, chapitre 1 »

Feuilleton 2021- 2022 La croisière s’emmure. Constantes

– Il s’agit d’une croisière à thème de 8 jours en Méditerranée sur Le Costa Covidia: Départ de Marseille avec escales à Gênes, Civitavecchia (Rome), Palerme (Sicile), La Valette (Malte), Barcelone, débarquement à Marseille.La capitaine est Lucie Azur

– Le thème : développement personnel avec conférences de la Professeure Jeanne Veaulau, initiation à la méditation de pleine conscience et au Yoga par Maître Kim. Le Médecin de bord est le Docteur Pissefroid.

Le huitième jour, alors que le port de Marseille est en vue, plusieurs cas de Covid sont signalés à bord et le bateau est mis en quatorzaine.

Faites vivre un des « séquestrés » (croisiériste, membre d’équipage, animateur, ou même animal mascotte présent sur le bateau) à un moment quelconque du confinement.

Rien ne vous empêche de contribuer à plusieurs chapitres, soit avec le même personnage, soit avec un autre, en réaction ou pas avec les chapitres écrits par les autres.

Ecrit en octobre 2021, jeu 3, avec les mots d’un autre

Jeu 3 : Avec les mots d’un autre

Choisissez un vers parmi ces quelques vers d’Apollinaire ; Vous développerez un texte commençant par le premier mot et se terminant par le dernier et dans lequel les autres mots apparaîtront dans l’ordre.

– Nous regardions longtemps les villes riveraines

– Les pétales flétris sont comme ses paupières

– Il faut ce soir que j’assassine

– J’ai hiverné dans mon passé

– Que je m’ennuie entre ces murs tout nus

– Une vieille paire de chaussures jaunes devant la fenêtre

– A la fin tu est las de ce monde ancien

– J’ai hiverné dans mon passé

J’ai longtemps été persuadé que seuls certains animaux s’engourdissaient dans un
demi-sommeil en hiver. Mais il faut bien le reconnaître moi aussi j’ai hiverné
car, comme tout être humain, j’ai gardé bien enfoui dans mon cerveau un repli
de ma mémoire où dorment des images du passé.
J.Z.

A la fin tu est las de ce monde ancien

A la fin du mois c’était toujours la même chose, les mêmes sujets de conversation qui revenaient lors de ces repas de famille-familles recomposées, décomposées, monoparentales voire homoparentales. Ces repas qui n’en finissaient pas autour de la plâtrée de pâtes de chez Lidl seule nourriture consistante que nous permettait le RSA en fin de mois. Mais à nous voir si nombreux rassemblés et partageant sans chichis les macaronis du Secours Populaire on aurait pu voir en nous une vivante représentation de cette formule qui résumait si bien l’esprit qui régnait sur les rond-points où nous nous étions retrouvés tous les samedis durant cette année 2019 juste avant la grande pandémie : « Fin du mois début du nous. » On s’y retrouvait aussi en semaine sur les rond-points enivrés de notre succès- n’avait-on pas fait vaciller le pouvoir?ou à tout le moins les certitudes et le mépris de ce jeune président si arrogant ? Pourtant le mouvement s’était effiloché, on s’était divisé, démobilisé au fil du temps. «  Au début tu es là tous les jours, disait Jérémy, mais à la fin tu finis par être las carrément… » Oui nous les gars de la périphérie, on était sortis de la zone de relégation et marginalisation convergeant d’un même mouvement vers le centre où la la brutalité mutilante et énucléante nous avait vite fait comprendre qu’il ne serait pas si facile que ça de venir à bout de ce monde ancien.

FV

  • Une vieille paire de chaussures jaunes devant la fenêtre.
  • Une année je décidais de repartir en voyage très loin accompagnée d’une vieille amie. Cela faisait très longtemps que nous n’avions pas voyagé ensemble. Pourtant que de souvenirs où à chaque fois nous faisions la paire dans nos aventures. Je contrôlais mes chaussures en attendant son arrivée. Elles étaient encore parfaites malgré les marques jaunes dues au vieillissement. Je me mis à les raviver en m’asseyant devant mon pas de porte. Après plusieurs minutes le résultat fut assez probant. Elles seraient parfaites pour cette fois-ci. Je finissais de boucler ma valise quand j’entendis : « Alors prête pour notre nouvelle aventure ?

C’était Aline à la fenêtre.

H.L.

Une vieille maison blottie au bord du canal me faisait un large sourire avec sa porte largement ouverte, et sa glycine comme une opulente chevelure.

Une paire de gants près d’un panier et d’un sécateur attendait la cueillette prochaine, sans doute des roses qui dodelinaient tout près. Une silhouette, chaussée de chaussures jaunes surmontée d’une gracieuse capeline apparut devant la fenêtre.

DDou

Il faut ce soir que j’assassine

Il faut. Vous devez. Je n’en peux plus de ces injonctions. Pas vous ?

Elles nous enferment dans des exhortations et des obligations.

Je ne veux plus. Je n’en veux plus. Hors de ma vue, hors de mes oreilles, hors de mes yeux.

Aussi ce soir, je rêve et décide que ces mots, je les assassine.

DDou

Il faut ce soir que j’assassine

Il faut absolument que je termine mes jeux d’écriture ce soir. J’ai promis à Dominique que je continuerai à participer une fois partie, ce n’est pas pour me défiler dès le premier mois ! Sinon Dominique m’assassine…

L.D.

Il faut ce soir que j’assassine

Il faut que je reconnaisse ma légèreté. Mais soyez indulgent : j’arrive à la ville pour faire mes études. Je suis enfin libre…enfin, je le serai bientôt parce que pour l’instant ma chambre d’étudiante n’est pas disponible et, ce soir, L’oncle Paul et ma tante Monique ont accepté de m’héberger.

Ma tante refuse mon aide, aussi, en attendant le repas, j’explore l’appartement dans la lumière tamisée des persiennes. 9A sent la cire, les meubles cossus se détachent des lourdes tentures. Au milieu de la pièce trône un grand piano dont la laque miroite dans la pénombre. Mes doigts aimantés, s’approchent du clavier et restent un moment en suspens. Je ne résiste pas…une note, une seule…puis deux… enfin mes doigts courent sur le clavier joyeusement et forment des accords qui m’enchantent. Je n’entends pas les pas de mon oncle, juste sa voix de stentor exaspérée, qui brise à jamais mes élans de composition et d’interprétation en clamant que c’est Mozart que que j’assassine.

ddor

Ecrit en octobre 2021, jeu2 anagrammes

Jeu 2 : Anagramme

Ce n’est pas un jeu facile mais il peut donner des résultats étonnants. Vous partez d’un nom d’écrivain ou d’un titre de roman, d’un chanteur ou d’un titre de chanson et en mélangeant les lettres vous obtenez un autre mot ou une autre expression. Ensuite vous écrivez un court texte reliant ces deux mots ou expressions.

Pour le plaisir je vous livre quelques exemples trouvés par Karol Beffa et Jacques Perry Salkow dans « Anagrammes à quatre mains », sur le thème de la musique :

– La vie en Rose (E. Piaf) Si on a rêvé

– Boléro de Ravel Le rodéo verbal

– Debussy , la mer Mur de l’abysse

– Orange Mécanique Menace organique

– Que reste-t-il de nos amours (Trenet) Très romanesque solitude

Charles BAUDELAIRE : beau lilas de Charre (64)

Charles AZNAVOUR : Ara, lâchez -nous

Georges SAND : Grande gosse

S.P.

Louis Ferdinand Céline

Léonidas fin incrédule

DDou

Contrairement à ce que tout le monde pense BENABAR s’appelle Bruno et non Barnabé ( peut-être son nom de famille …)

RACINE voyant interpréter Le Cid par une femme RICANE dans son coin

M.P.

GILBERT MONTAGNÉ

Il gagne Norbert.
En effet, je trouve qu’il chante mieux (que Frédéric Norbert, chanteur, acteur et danseur) !

L.D.

  • REGINE : neiger
  • ERIC ZEMMOUR : cime mourrez !
  • EMMANUEL MACRON : ce roman mêla un M

HL

« Le chevalier au lion  » = Le chenal au voilier .

HGT

Pierre Loti fit de sa maison un territoire exotique où il rassembla et réinventa des lieux des siècles passés ou d’un orient mythique. Il en était le roi pitre

Guillaume Apollinaire . Poète des villes, il sut trouver un écho au plus profond des bois : Le goupil lunaire l’aima

D.Dor

Ecrit en octobre 2021: jeu1 Moi je suis contre

Jeu 1 Moi, je suis contre :

le sport / les vacances / Les gens qui portent des lunettes de soleil/ la lecture/ manger dehors.

Choisissez un de ces thèmes pour vous défouler et convaincre votre auditoire

Moi je suis contre…

Les vacances. Le mot déjà évoque la vacuité, le désœuvrement, le creux, le vide.

Rien à faire, rien, nada. Mais quelle horreur !

Une bonne journée, c’est une journée pleine de rendez-vous, de tâches à accomplir, de bruits, de déplacements, de rencontres. Une page vierge sur l’agenda, non. Alors, plusieurs pages vides, encore moins. Je refuse.

« Que vais-je faire de tout ce temps ? »

Aucune envie de me retrouver face à moi-même. Je ne suis pas suffisamment intéressant. Ma compagnie ne me suffit pas, même dans un sublime paysage.

L’esprit s’amollit. Les lieux agréables se remplissent de personnes qui déambulent sans but précis. Quelle perte de temps et d’énergie ! Se déplacer oui, mais dans un but et vers un but précis, pas n’importe où et n’importe comment.

Les troupeaux humains errent puis font halte selon l’heure et la météo, devant une mangeoire-fast-food ou glacier.

Quant aux vêtements portés par les vacanciers, je les trouve consternants.

Trop courts, trop voyants, presque uniformes quels que soient l’âge et la morphologie. Une offense à l’esthétique. Je déteste aussi ceux qui portent des lunettes de soleil le matin de bonne heure et le soir, après le coucher du soleil, comme un accessoire de mode indispensable à leur statut.

Je suis pour l’abolition des vacances. Je vais le suggérer aux candidats pour 2022.

Ddou

LE SPORT PARCE QUE :

  • On transpire,
  • On est obligé d’être régulier pour progresser,
  • Ça ne rend pas plus intelligent,
  • Il y a toujours des plus forts que soi,
  • On est envahis d’images de sportifs beaux, jeunes et musclés,
  • On est dans une société hygiéniste,
  • On ne peut pas prendre un apéro lorsqu’on le souhaite,
  • On mange plus de légumes que de plats mitonnés,
  • Ça ne fait pas rajeunir.

LES VACANCES PARCE QUE :

  • C’est un mode de consommation,
  • On se retrouve tous au même endroit au même moment,
  • On est obligés de sourire et montrer la joie des vacances aux amis,
  • On croit tout oublier de nos emmerdes,
  • Il faut partir de chez soi,
  • Il faut rentrer chez soi.

LES GENS QUI PORTENT DES LUNETTES DE SOLEIL PARCE QUE :

  • C’est le look à la mode,
  • Le porteur de lunettes qui vous adresse la parole sans les enlever est un grossier personnage,
  • Les lunettes portées sur la tête en guise de bandeau ou derrière le crâne sont ridicules,
  • Inutiles portées par n’importe quel temps ou période de la journée,
  • L’emoji lunettes de soleil au bas des SMS n’est pas compris par tout le monde.
Continuer la lecture de « Ecrit en octobre 2021: jeu1 Moi je suis contre »

A écrire pour le 19 Novembre 2021

A

ATELIER D’ECRITURE – ALT-

Vendredi19 Novembre2021

Centre Culturel Terrasson  20h15

Feuilleton nouveau : La croisière s’emmure

– Il s’agit d’une croisière à thème de 8 jours en Méditerranée : Départ de Marseille sur le Costa Covidia avec escales à Gênes, Civitavecchia (Rome), Palerme (Sicile), La Valette (Malte), Barcelone, débarquement à Marseille. La capitaine est Lucie Azur

– Le thème : développement personnel avec conférences de la Professeure Jeanne Veaulau, initiation à la méditation de pleine conscience et au Yoga par Maître Kim. Le médecin du bord est le Docteur Pissefroid.

Le huitième jour, alors que le port de Marseille est en vue, plusieurs cas de Covid sont signalés à bord et le bateau est mis en quatorzaine.

Faites vivre un des « séquestrés » (croisiériste, membre d’équipage, animateur, ou même animal mascotte présent sur le bateau) à un moment quelconque du confinement.

Rien ne vous empêche de contribuer à plusieurs chapitres, soit avec le même personnage, soit avec un autre, en réaction ou pas avec les chapitres écrits par les autres.

Jeu 1 Ils me parlent de toi (ou de vous):

Un objet, une trace évoque quelqu’un qui en a fait usage et que vous retrouvez

exemple :un vieux fauteuil qui porte l’empreinte de celui ou celle qui y a passé de longues heures

Jeu 2 : monovocalise

Ecrire un texte où vous ne vous autorisez qu’une seule voyelle

Continuer la lecture de « A écrire pour le 19 Novembre 2021 »