Feuilleton 22-23Le village le plus moche Chapitre 3

Un village très ordinaire

Chapitre 3

Lulu avait enfin reçu un courrier de la production du « Village le plus moche de France », dans lequel on apprit que Châtaignac pouvait concourir ! Monsieur le Maire fut tellement content qu’il fit imprimer 840 invitations pour tous ses administrés, afin de fêter cette excellente nouvelle. Il avait prévu un énorme banquet dans la minable salle communale, où chauffage et climatisation ne fonctionnaient guère à l’année, mais qui ferait l’affaire en ce doux temps de juin. Les cuisines étant évidemment hors service, il avait fait appel aux traiteurs des deux villages voisins, Cépignac et Truffignac. Tout était prévu pour une fête hors du commun, l’une des dernières pour ce village encore inconnu du grand public. Le tournage du « Village le plus moche de France » était prévu pour décembre prochain, l’un des pires mois de l’année à Châtaignac, surtout qu’on n’avait pas l’argent nécessaire pour les décorations de Noël… Encore un élément qui favoriserait à coup sûr la victoire du village !

Lulu en était là de ses réflexions, lorsqu’un beau matin, en arrivant à la Mairie, quelle ne fut pas sa surprise lorsqu’il découvrit que la façade du bâtiment avait entièrement été refaite ! Les énormes fissures dans le mur avaient admirablement été colmatées, et le crépi avait été lui aussi refait à neuf, dans ce beau ton jaune qui rappelaient la belle pierre de Sarlat. Le Maire Lulu était partagé entre émerveillement et frustration. C’était un bel ouvrage certes, mais qui compromettait largement la participation de Châtaignac à l’émission. Il convoqua d’emblée les élus. Tous étaient là, à admirer le bâtiment municipal comme s’ils le découvraient pour la première fois. Jamais ils ne lui avaient prêté une telle attention. Lulu interrogea les présents, suspicieux. Nous étions mercredi, et mardi soir, c’était sûr, la façade du bâtiment était encore toute pourrie. Cela s’était donc produit dans la nuit en seulement quelques heures. Comment était-ce possible ? S’agissait-il de quelqu’un du village ? Pas possible, se disait Lulu, personne n’exerce la profession de maçon ici… Globalement les habitants n’étaient pas très manuels, il suffisait de voir leurs jardins à l’abandon et l’état de leurs maisons et garages… Les élus n’avaient pas plus de réponses à ces questions.

Continuer la lecture de « Feuilleton 22-23Le village le plus moche Chapitre 3 »

Feuilleton 22- 23 le village le plus moche… chapitre 2

Depuis le dernier conseil municipal où la majorité des élus avait adopté le projet de participer au concours du village le plus moche de France, Luvina se torturait les méninges quant au devenir de sa commune.

Accepter un tel challenge n’était-il pas un réel danger pour son village ? Le plus moche, pourquoi pas ! Mais comment empêcher les inévitables et incontrôlables dérapages qui pourraient s’ensuivre et entrainer des débordements vers l’insalubrité et le manque d’hygiène ? MOCHE ne veut pas dire sale aussi était-il important de bien définir les limites et elle s’y emploierait de toutes ses forces..

Elle repensa à l’idée d’implanter une déchetterie à Chataignac et oh combien elle s’était opposé à sa construction en centre ville, près du parc, objectant la beauté du décor et l’inconvenance d’une telle localisation.

Avec un petit pincement au cœur, elle envisagea la question sur un autre angle …

Continuer la lecture de « Feuilleton 22- 23 le village le plus moche… chapitre 2 »

Feuilleton 2022- 23 Amorce

Chataignac ? Vous connaissez ? Non, bien sûr que non.

C’est bien parce que ce village n’est pas du tout connu que son conseil municipal a décidé de participer au Concours du Village le plus moche de France.

Pour gagner, il va falloir se retrousser les manches a dit Lulu, le Maire.

Il y a déjà une bonne base : des maisons déglinguées aux volets équilibristes, d’autres, avec des ouvertures murées, quelques avis de péril qui font fuir précipitamment le rare passant.

Ajoutez à cela, des ruelles sombres et malodorantes où le soleil ne parvient que rarement, parsemées de quelques pots aux fleurs moribondes.

Continuer la lecture de « Feuilleton 2022- 23 Amorce »

Feuilleton 2021-22 : La croisière s’emmure Chapitre 11

Chapitre 11

Dépêche AFP

« Nous venons d’être informés qu’un paquebot de croisière, le Costa Covidia semble avoir échappé au contrôle de son équipage, dans le port de Marseille. Malgré plusieurs tentatives, il a même été impossible de remorquer le bateau jusqu’au quai. Après plusieurs vaines tentatives, il a été mis à l’ancre au large, obligeant ses passagers à attendre encore leur débarquement.

Une enquête est ouverte pour connaître les raisons de ce dysfonctionnement hors du commun ».

Dysfonctionnement ? Mais pas du tout, moi, Costa Concordia, je vais vous dire ce qu’il en est.

Tout d’abord, j’ai entendu dire sur la passerelle qu’aussitôt à quai, je serai désinfecté du sol au plafond et qu’un long moment s’écoulerait avant que je ne reprenne peut-être la mer. Mais que d’autres options étaient aussi envisagées : je consomme trop de fuel, trop d’électricité, je coûte trop cher en personnel, et patati et patata. De là à me transformer en hôtel à quai, il n’y a qu’une petite vague sur laquelle je ne veux pas naviguer.

Continuer la lecture de « Feuilleton 2021-22 : La croisière s’emmure Chapitre 11 »

Feuilleton 2021 – 22 La croisière s’emmure Chapitre 10

Chapitre10

Journal de Lucie Azur :

Premier jour de confinement. C’est bien ma veine ! 14 jours de confinement en vue de Marseille ! Moi qui me faisait une joie de retrouver mon Lucien, mon capitaine au long cours, mon vieux loup de mer qui doit m’attendre là-bas dans notre petit hôtel sur le vieux port qui abrite nos retrouvailles chaque fois que nous faisons escale à Marseille… Ah oui c’est pas de chance vraiment. En plus je dois subir les assiduités de ce pauvre Pissefroid qui devient de plus en plus collant , il s’est amouraché de moi et s’imagine je ne sais quoi. Il va falloir que je trouve un moyen de m’en débarrasser … Lui dire que j’ai la migraine ? Le mal de mer ?… non pas crédible.Tiens je vais lui faire savoir que la situation requiert ma présence permanente au poste de commandement et que ne peux m’y dérober. Ah, d’ailleurs ça me permettra de faire d’une pierre deux coups : l’intimité que ça va créer avec le quartier maître qui me semble-t-il n’est pas insensible à mes charmes pourrait ouvrir une perspective intéressante pour les deux semaines à venir et me permettra de patienter en attendant les retrouvailles avec mon vieux loup de mer.

Feuilleton 2021 22 : La croisière s’emmure Chapitre 9

Chapitre 9

Maman,

Quand tu trouveras cette lettre, je ne serai plus sur le bateau. Je n’en peux plus de ce confinement. Pardonne_moi, mais cette croisière, je l’avais faite pour toi, tu allais tellement mal que je n’ai pas pu refuser de t’accompagner.

Mais les élucubrations de la Veaulau, les élucubrations de Maître Kim et les recommandations de ce faux-jeton de Pissefroid – soit disant Docteur !- , très peu pour moi. J’aurais cent fois mieux préféré partir en vacances avec mes copains.

Et puis, j’ai rencontré Lola, la fille de l’un des membres de l’équipage lors des visites autorisées sur le pont. Elle connaît bien Jeantou, celui qui a l’œil sur nous pendant ces sorties. Il ne dit rien lorsqu’on s’isole un peu pour parler et faire connaissance.

Continuer la lecture de « Feuilleton 2021 22 : La croisière s’emmure Chapitre 9 »

Feuilleton 2021 2022: La croisière s’emmure chapitre 8

Chapitre 8

Ratatouille m’avait juré que ce serait le meilleur voyage de ma vie. Le meilleur voyage culinaire, j’entends. Car la place d’un rat d’égout n’est pas sur un bateau de croisière. C’est lui qui a eu l’idée car il en avait marre de m’entendre me plaindre. Me plaindre de la bouffe dégueulasse des rues, de mes congénères rachitiques devenus hyper violents à cause de leurs estomacs vides.

Ratatouille, il prend tout ça avec du recul, car il a connu la misère et puis la notoriété à Paris en tant que chef cuistot. Un rat devenu chef, élément indispensable au sein de l’un des restaurants les plus cotés de la capitale, on croirait à une énorme blague. Mais non. Je crois qu’il restera l’exception qui confirme la règle. Et puis il a tout arrêté, car trop jalousé par les rats des rues, menacé de mort s’il ne livrait pas le secret de ses talents culinaires, et tout ! C’est pour ça qu’il a émigré à Marseille. Il n’a révélé son identité à personne ici, sauf à ses amis les plus proches, dont moi. Il est redevenu un vulgaire rat d’égout, qui trime pour trouver de quoi se nourrir chaque jour. Puis un jour il a eu l’idée des croisières. Je vous explique.

Les bipèdes raffolent de ce genre de voyage. Des jours et des jours enfermés dans un paquebot, avec un tas de trucs « avantageux ». Une piaule de luxe de 12 m² (alors qu’ils crieraient au scandale s’ils vivaient au quotidien dans une boîte à sardines comme celle-là), une salle de bains privative (avec zéro place et zéro fenêtre, je vous dis pas les odeurs), des activités débiles avec plein d’autres bipèdes du bateau, une mini piscine qui pue le chlore à pleine truffe, et de la bouffe. Énormément de bouffe. Et pas de la bouillabaisse de première classe, non, non. Des pieds et paquets d’agneau, de la daube, d’autres trucs épicés Provençaux, mais aussi des truffes du Périgord, du foie gras du Sud-Ouest, des frites du Nord, du fromage de Normandie, de l’aligot, du bœuf bourguignon, des fars bretons, et j’en oublie. Ils se sont pas emmerdés pour la thématique de la croisière : « la France sur les flots du Costa Covidia ». Sans doute que les producteurs de la région PACA préfèrent recevoir les clients à leurs propres tables plutôt que de participer à cette mascarade. Bref. Moi perso c’est ça qui m’a poussé à embarquer : la bouffe luxueuse. Pendant 8 jours, peinard.

Pendant 8 jours j’ai même vu l’Italie et d’autres pays dont je me rappelle pas le nom. Je savais même pas qu’il existait d’autres pays que la France. Qu’il existait une autre ville que Marseille (à part Paris, grâce à ma rencontre avec Ratatouille). Je suis qu’un rat et faut pas m’en demander trop, niveau intellectuel. J’ai aussi rencontré des personnalités bipèdes extravagantes, faut que je vous raconte. J’ai mes préférées, toutes liées à des anecdotes de bouffe, surtout les derniers jours ! Pour vous la faire courte, tous les membres du bateau même les voyageurs mangeaient dans une grande salle de restaurant durant les 8 jours de la croisière. Et évidemment, la plupart ne parvenaient pas à finir leur assiette. Qu’est-ce que j’ai pesté intérieurement contre ces gaspilleurs qui jettent leur pognon par les fenêtres ! Mais en même temps je ne pouvais pas leur en vouloir : leur gaspillage finissait dans ma gueule. Tous les restes d’assiettes étaient en effet jetés dans les poubelles, lesquelles se situaient dans un local spécifique dans lequel j’ai d’ailleurs pris mes quartiers, caché entre des vieux cartons (en fait c’était la seule pièce non luxueuse du paquebot, ça collait parfaitement avec mes origines). Ratatouille ne m’avait pas menti, je me suis régalé ! Je crois que j’ai pris 1 kg…

Continuer la lecture de « Feuilleton 2021 2022: La croisière s’emmure chapitre 8 »

Feuilleton 2021-22; La croisière s’emmure Chapitre 7

Chapitre 7

Jeantou

Sur le bateau, on m’appelle Jeantou. C’est pas flatteur, mais il faut rien dire. Comme ça on me laisse tranquille la plupart du temps.

Bien sûr dès le premier jour du confinement on m’a collé au poste de garde de la troisième coursive. A la relève, les gars sont toujours en retard. Certains passent leur tour… Tout est Normal, les gradés ne disent rien… et à vrai dire, ça m’est égal, et même je ne demande que ça, être loin de leurs quolibets et des jeux stupides auxquels ils passent le temps depuis qu’ils n’ont plus rien à faire.

Ici, je suis tranquille, je joue sur mon portable. La plupart du temps je fais semblant, c’est pour me donner contenance : j’observe. C’est fou ce qui se passe dans cette immobilité et ce silence.

La vie des cabines filtre sous les portes : les moments de tendresse, d’ennui, les éclats de voix : dans neuf mois, il y aura autant de nouveaux landaus que de couple séparés, d’amis fâchés.

Depuis le cinquième jour, je peux mettre une tête sur leur voix : ça m’amuse. Parfois ça cadre, parfois, pas du tout. Oui, à partir de ce jour-là, comme la tension pouvait devenir incontrôlable, on a permis aux passagers qui n’avaient pas de symptômes, une promenade sur les ponts, à tour de rôle, par groupes de cent. J’aime, au départ ou à l’arrivée capter les regards échangés, les sourires esquissés, les rapprochements. Je fais semblant de ne pas surprendre les sorties furtives pour un billet glissé sous une porte, les rencontres éphémères.

Continuer la lecture de « Feuilleton 2021-22; La croisière s’emmure Chapitre 7 »

Feuilleton 2021 – 22 : La croisière s’emmure: Chapitre 6

Pensées du Dr Pissefroid au 8ème jour devant Marseille

Tout allait bien et pourtant tout allait finir : Marseille, retrouver le train-train, la morne famille, les patients ronchons, les rhumes, les gastros, les prostates, les varicelles.

Tout allait si bien sur le bateau, ma Lucie, éblouissante, lumineuse, ma Lucie retrouvée chaque nuit dans ma cabine ou dans la sienne. Ah, quelle croisière ! Et là, maintenant, YOUPI ! Huit jours de confinement, huit jours de plus, huit jours de gagnés.Ah ! si ce confinement pouvait durer encore et encore . Ah ! si cette épidémie sur terre pouvait durer encore longtemps, longtemps, longtemps…

Feuilleton 2021 22: La croisière s’emmure. Chapitre 5

10ème jour de confinement :

Fabio mécanicien de 38 ans, originaire des Philippines devait rentrer auprès de sa femme et leurs deux enfants à la fin de cette croisière mais il n’a pas pu être rapatrié en raison de la mise en quatorzaine du bateau

Son contrat, comme celui de la plupart des membres d’équipage à bord, est maintenant terminé depuis 10 jours. Ces contrats prévoient une rotation après 10 semaines. Fabio est à bord depuis trois mois, certains depuis plus longtemps, mais après cette quatorzaine , la principale difficulté à laquelle ils seront confrontés sera la relève de l’équipage en raison des fermetures des aéroports et des exigences en matière de visas.
Difficile de mesurer l’impact psychologique de ces marins face à cette situation exceptionnelle qui affecte leur vie familiale.

La colère de Fabio, contenue jusque-là, atteint son paroxysme en constatant impuissant les frontières se fermer les unes après les autres. Il décide alors d’aller voir la Professeure Jeanne Veaulau pour lui parler de son désespoir :

Bonjour Fabio, que vous arrive-t-il ? interrogea la jeune professeure.

C’est difficile, oui vraiment difficile, répondit Fabio. il n’y a pas de fin en vue ! Mes enfants me demandent toujours à quel moment je rentrerai à la maison. Comment leur expliquer. Satanée pandémie ! Je suis fatigué, épuisé et désespéré. Je suis en mer depuis 3 mois et je ne sais pas quand je pourrai les revoir. C’est très frustrant.

J’ai entendu dire par la capitaine Lucie Azur qu’ils envisageaient peut-être de ne pas nous relever, donc mon retour à la maison pourrait être annulé. Je suis un peu écœuré par la façon dont les gens de mer sont traités et je  me demande combien d’épouses attendent leur mari, combien de pères et de mères attendent de voir leurs fils..

Oui, notre santé mentale est mise à rude épreuve. Aujourd’hui, avec ce confinement, nos esprits sont dans un autre monde. Nous marchons tous sur une corde raide, nous aussi, même si nous sommes des touristes, nous subissons le même sort

Laissez- moi rire ! rétorqua Fabio, ceux qui voyagent par pur plaisir et ceux qui doivent se déplacer pour survivre mènent-ils le même combat ?  Vous les croisiéristes en quête d’abondance, de divertissement et de luxe, vous avez droit à  beaucoup d’activités jusqu’à la veille du débarquement final, vous avez  droit à plusieurs spectacles, on vous offre des boissons et tout est gratuit c’est vraiment deux croisières pour le prix d’une ….mais nous !!!!!
Après la quatorzaine vous pourrez rentrer tranquillement chez vous… mais nous?  Non seulement on aura travaillé 15 jours de plus, mais  il nous faudra sûrement  rester 14 jours de plus dans un hôtel avant de pouvoir rejoindre notre foyer…et en payant de surcroît !!!!

Cher Fabio, j’en conviens, nous ne prenons pas assez conscience de la pénibilité de votre travail mais….

Continuer la lecture de « Feuilleton 2021 22: La croisière s’emmure. Chapitre 5 »