A ECRIRE POUR LE 15 OCTOBRE 2021

A

ATELIER D’ECRITURE – ALT-

Vendredi 15 Octobre2021

Centre Culturel Terrasson  20h15

Feuilleton nouveau : La croisière s’emmure

– Il s’agit d’une croisière à thème de 8 jours en Méditerranée : Départ de Marseille avec escales à Gênes, Civitavecchia (Rome), Palerme (Sicile), La Valette (Malte), Barcelone, débarquement à Marseille.

– Le thème : développement personnel avec conférences de la Professeure Jeanne Veaulau, initiation à la méditation de pleine conscience et au Yoga par Maître Kim.

Le huitième jour, alors que le port de Marseille est en vue, plusieurs cas de Covid sont signalés à bord et le bateau est mis en quatorzaine.

Faites vivre un des « séquestrés » (croisiériste, membre d’équipage, animateur, ou même animal mascotte présent sur le bateau) à un moment quelconque du confinement.

Rien ne vous empêche de contribuer à plusieurs chapitres, soit avec le même personnage, soit avec un autre, en réaction ou pas avec les chapitres écrits par les autres.

Jeu 1 Moi, je suis contre :

le sport / les vacances / Les gens qui portent des lunettes de soleil/ la lecture/ manger dehors.

Choisissez un de ces thèmes pour vous défouler et convaincre votre auditoire

Jeu 2 : Anagramme

Ce n’est pas un jeu facile mais il peut donner des résultats étonnants. Vous partez d’un nom d’écrivain ou d’un titre de roman, d’un chanteur ou d’un titre de chanson et en mélangeant les lettres vous obtenez un autre mot ou une autre expression. Ensuite vous écrivez un court texte reliant ces deux mots ou expressions.

Pour le plaisir je vous livre quelques exemples trouvés par Karol Beffa et Jacques Perry Salkow dans « Anagrammes à quatre mains », sur le thème de la musique :

– La vie en Rose (E. Piaf) Si on a rêvé

– Boléro de Ravel Le rodéo verbal

– Debussy , la mer Mur de l’abysse

– Orange Mécanique Menace organique

Que reste-t-il de nos amours (Trenet) Très romanesque solitude

Jeu 3 : Avec les mots d’un autre

Choisissez un vers parmi ces quelques vers d’Apollinaire ; Vous développerez un texte commençant par le premier mot et se terminant par le dernier et dans lequel les autres mots apparaîtront dans l’ordre.

– Nous regardions longtemps les villes riveraines

– Les pétales flétris sont comme ses paupières

– Il faut ce soir que j’assassine

– J’ai hiverné dans mon passé

– Que je m’ennuie entre ces murs tout nus

– Une vieille paire de chaussures jaunes devant la fenêtre

– A la fin tu est las de ce monde ancien

Jeu d’écriture par temps de confinement 35 nouveau logo rallye

LOGO RALLYE

Objectif : Saint Jacques de Compostelle, nous quittons la maison le sac sur le dos. Seul le chat resta et nous fit don d’un doux ronron d’adieu. Et pour un temps, abandonnée la vie d’avant pour peut-être toucher à l’essentiel.

Nous ajustons nos voiles et poussé par le vent de l’aventure, nos pas s’accordent et nos cœurs se gonflent de joie.

Oublié les premières grandes journées de marche pendant lesquelles le corps s’adapte à ce nouvel effort ! Et puis à cette période les pluies diluviennes ne sont pas habituelles et si une averse nous surprend nous étrennerons nos capes de pèlerin.

Au lever du jour, le même rituel autour des soins des pieds, du laçage des chaussures et de l’ajustement du sac sifflait ses mêmes notes pour démarrer une autre bonne journée. Nous cheminons à travers sous-bois, prairies, vignobles, forêts, cols et ce plateau semi-désertique, La Meseta, long couloir de 200kms.

Nous montons, nous bistournons, nous descendons, nous croisons des hameaux, des fermes, des chapelles, des calvaires, nous traversons des ponts et à l’approche de l’ultime étape dans nos têtes tourbillonnait l’émotion du chemin parcouru.

Santiago, place de l’Obradoiro, non je ne cours pas je m’arrête net, nous nous étreignons, nous nous sourions, nos gorges se nouent et à cet instant le mot joie prend tout son sens.

 

jeu de confinement 35 logo rallye

26 04 2020

Jeu d’écriture par temps de confinement – 35 : Logo-rallye

Dans la phrase proposée , on exclut tous les déterminants, prépositions et conjonctions et ne garde que les autres les mots qui sont en caractères gras. Chaque mot (dans l’ordre où il se trouve dans la phrase originelle) sera utilisé dans une phrase distincte pour construire une courte histoire. Le texte aura uniquement autant de phrases que de mots relevés (10, ici)

La maison resta abandonnée tandis que le vent des grandes pluies sifflait dans les couloirs et tourbillonnait dans les cours (Alvaro Mutis)


La maison était située au sommet de la colline. Emma, ma grand-mère y resta tout le temps qu’a duré la guerre et y mourut en 1950 . Abandonnée depuis tant d’années, elle n’était plus qu’une masure, étouffée sous les ronces et la verdure. Le vent d’autan qui la frappait toujours du même côté lui avait fait un mur de mousse. De grandes failles apparaissaient en haut sous la toiture qui semblait prête à s’effondrer.Les pluies de toutes les saisons passées avaient fait leur œuvre d’infiltration et de lente érosion…C’était pour les oiseaux, un véritable paradis, ici les moineaux piaillaient dans le roncier, là, sur la grosse branche médiane du cèdre bleu, un beau merle sifflait, son  bec jaune  d’or pointé vers le ciel…Ma maman m’avait beaucoup parlé de cette maison où elle passa son enfance, du couloir au carrelage noir et blanc dont elle aimait tant les lignes et les dessins géométriques en perspective. J’ai voulu essayer d’entrer, malgré le danger, la porte gonflée avait fini par céder, mais déception, au lieu du beau carrelage luisant il n’y avait qu’un voile épais de poussière et un amas de feuilles mortes qui tourbillonnait dans le courant d’air tout à coup plus vif. J’étais saisie par le contraste entre les descriptions de ma maman, lorsque vivait cette grand-mère aux mille savoirs ancillaires et qui connaissait si bien la médecine des simples qu’elle s’était sauvée de la grippe espagnole, et le cours des choses que je voyais aujourd’hui éteintes, abandonnées, réduites à l’état de ruines et proche de totalement disparaître, la mémoire seule en sauvait le passé enfui.

SD

     Jamais elle n’aurait pensé appeler maison ces quelques murs, ces poutres anciennes qui soutenaient encore tuiles et chéneaux. Elle resta là à imaginer ce qu’aurait pu être la suite, sans cette échappée au bout du monde, loin de ce qui était devenu une masure.

         La vigne vierge l’avait même abandonnée pour se concentrer sur un unique pan de mur. De son côté, le vent peinait à se frayer difficilement un chemin dans les ronces qui avaient envahi la cour. Seules, de belles et grandes tiges de roses trémières se penchaient vers les fenêtres ouvertes.

         Les pluies ne semblaient rien avoir changé à ce décor désormais sauvage, immuable.

         Pourtant, en s’approchant davantage de la porte, elle sifflait comme avant, comme si, à ce signal, les ombres allaient s’animer. Par les couloirs, mais de quoi parlait-on, le papier-peint s’était effondré. Il tourbillonnait à peine dans l’air doux et précédait la présence ancienne d’une voix qui un jour l’avait pressée, lui intimant l’ordre de s’en aller, sans se retourner.

         « Fuis, vite, cours ! »

MS

Comme chaque fois qu’elle s’était absentée trop longtemps, la maison l’accueillait avec un air de reproche. Cette fois encore, elle resta un moment sur le seuil, l’estomac noué. La grande pièce abandonnée quelques semaines plus tôt ne masquait pas sa tristesse. Elle ouvrit les fenêtres pour que le vent du matin lui redonne vie. Il avait balayé les grandes plaines et apportait des nouvelles du monde. Le parfum des dernières pluies d’orage remplaçaient celui de la poussière. Dehors, sur la plus haute branche du tilleul, un merle sifflait sa joie. Le couloir tapissé d’affiches d’exposition de ses peintres préférés lui redonna le sourire et elle gagna sa chambre-bureau. Les souvenirs tourbillonnaient autour d’elle et la réconfortaient. Elles avaient retrouvé leur sérénité et ensemble, elles allaient pouvoir attendre la reprise des cours.

Ddor Continuer la lecture de « jeu de confinement 35 logo rallye »

Jeu d’écriture par temps de confinement 26 04 2020 – 35 – Logo-rallye

26 04 2020

Jeu d’écriture par temps de confinement – 35 : Logo-rallye

Dans la phrase proposée , on exclut tous les déterminants, prépositions et conjonctions et ne garde que les autres les mots qui sont en caractères gras. Chaque mot (dans l’ordre où il se trouve dans la phrase originelle) sera utilisé dans une phrase distincte pour construire une courte histoire. Le texte aura uniquement autant de phrases que de mots relevés (10, ici)

La maison resta abandonnée tandis que le vent des grandes pluies sifflait dans les couloirs et tourbillonnait dans les cours (Alvaro Mutis)